BFM Patrimoine

Le prélèvement à la source, c'est pour 2017 affirme Bruno Le Roux

Bruno Le Roux dit vouloir aller encore plus loin dans la progressivité de l'impôt.

Bruno Le Roux dit vouloir aller encore plus loin dans la progressivité de l'impôt. - Lionel Bonaventure - AFP

Certes, ce projet doit être le préalable d'une grande réforme fiscale, mais il sera en place avant la fin du quinquennat a déclaré le président du groupe PS à l'Assemblée.

Le président du groupe PS à l'Assemblée, Bruno Le Roux, a assuré dimanche que le prélèvement à la source de l'impôt sur le revenu aurait "commencé" à être mis en place "avant la fin du quinquennat".

Le porte-parole du gouvernement, Stéphane Le Foll, avait annoncé mercredi que l'exécutif entendait aller progressivement vers le "prélèvement à la source" de l'impôt sur le revenu mais sans fixer d'échéance.

"Il y a une période de trois ou quatre ans sur laquelle il faut étaler cette réforme de prélèvement à la source. Mais oui, avant la fin du quinquennat, elle aura été commencée", a précisé M. Le Roux au Grand Rendez-vous iTELE-Europe 1-Le Monde.

"Il y a dans notre parti, dans notre motion, l'envie d'aller beaucoup plus loin en matière de justice fiscale, même si nous avons fait beaucoup depuis le début du quinquennat", a fait valoir le député de Seine-Saint-Denis.

Selon lui, "il faut aller encore plus loin sur la progressivité de l'impôt".

"Il faut l'étaler pour pouvoir l'expliquer"

La perspective de la fusion entre l'impôt sur le revenu et la CSG, promise par François Hollande en 2012 mais mise de côté depuis, est "quelque chose sur lequel nous devons travailler", a aussi estimé M. Le Roux.

"Bien entendu, le prélèvement à la source doit être le préalable de la grande réforme fiscale qui doit avoir lieu au début d'un quinquennat, pas à la fin d'un quinquennat", a-t-il fait valoir.

Le prélèvement à la source "aura commencé à être mis en place" en 2017, a-t-il assuré, ajoutant: "simplement, il faut l'étaler" pour pouvoir "l'expliquer".

Menée par le premier secrétaire du PS Jean-Christophe Cambadélis, la motion majoritaire du parti dans le cadre de son congrès de Poitiers, du 5 au 7 juin, défend la remise en route du "chantier de l'impôt citoyen" dès "le projet de budget pour 2016", avec "un prélèvement à la source de l'impôt sur le revenu et une réduction de la CSG sur les premières tranches de revenus".

P.S. avec AFP