BFM Patrimoine

L'Etat actionnaire commence-t-il à vendre les bijoux de famille?

L'Etat est actionnaire de 58 groupes ou sociétés

L'Etat est actionnaire de 58 groupes ou sociétés - -

L'Etat a annoncé, mercredi 27 mars, la réduction de sa participation dans le capital de Safran, pour dégager 448 millions d'euros. Un possible premier pas vers d'autres cessions d'actifs.

Est-ce le début de la grande braderie ou une simple prise de bénéfices? Ce mercredi 27 mars en tout cas, l'Etat a décidé de réduire sa participation dans l'équipementier aéronautique Safran.

Il cède ainsi 3,12% du capital de l'entreprise, ce qui lui permet de profiter en partie de la hausse du cours de l'action de Safran, qui a bondi de 40% en 2012. Il conserve toutefois un peu plus de 27% des titres de l'entreprise. Le gain pour les Caisses de l'Etat: 448 millions d'euros.

Bercy, dans un communiqué publié ce mercredi a affirmé que l'Etat entend "demeurer actionnaire de référence au capital de Safran à moyen terme", et que cette cession ne devrait pas être suivie d'autres opérations de ce type.

L'Etat à la tête de 60 milliards d'euros d'actions

Mais le doute est permis. Le budget 2013 évalue à 100 millions d'euros les dépenses prévues pour rémunérer les banques conseils qui aideraient l'Etat à réaliser des cessions d'actions.

Par ailleurs, les économies que doit trouver l'exécutif pour 2014 pourrait tenter Bercy ,et ainsi vider un peu le coffre-fort de l'Etat actionnaire. Celui-ci est, en effet, à la tête de 60,3 milliards d'euros, en termes de capitalisation boursière, soit 10% du CAC40. Au total, selon le rapport relatif à l'Etat actionnaire, annexé au projet de loi de finances pour 2013, l'Etat reste présent au capital de 58 groupes ou entreprises.

7 milliards d'euros de dividendes prévus cette année

Globalement, ces participations rapportent à l'Etat, et elles rapporteront même un peu plus en 2013 qu’en 2012. Le Budget 2013 table ainsi sur 7 milliards d'euros de dividendes perçus, contre 4,4 milliards l'an passé.

La seule présence de l'Etat au capital de grands groupes publics ou privatisés (EDF, GDF Suez, Areva, Renault, Air France....) devrait rapporter 4,3 milliards d'euros, contre 3,1 milliards d'euros en 2012, pour un taux de rendement qui ne devrait pas être meilleur que celui de l'année dernière (3,27%).

Le reste, 2,3 milliards d'euros, proviendra des participations de l'Etat dans les établissements financiers, principalement la Banque de France, la Caisse des dépôts et la Caisse nationale de prévoyance.

Le titre de l'encadré ici

|||Valeur des principales participations de l'Etat
(valorisation au 31/11/2011, en milliards d'euros)

> Banque de France : 26,3
> EDF : 26
> CdC : 24,5
> GDF Suez : 12,1
> France télécom : 9,1
> SNCF:  7
> La Poste : 5,2

Source : loi de règlement 2011

J.M.