BFM Patrimoine

Les prix de l'immobilier francilien devraient grimper cet été

Les notaires prévoient un climat un peu plus haussier cet été en Ile-de-France

Les notaires prévoient un climat un peu plus haussier cet été en Ile-de-France - Bertrand Guay - AFP

Les notaires ont constaté quelques tensions récentes sur les prix, amenées par un marché francilien toujours très actif. Ils anticipent un climat un peu plus haussier à l’été, qui s’explique en partie par une composante saisonnière.

Les prix des logements anciens en Ile-de-France ont peu varié depuis un an, mais des premières hausses sont perceptibles à Paris et pourraient se confirmer dans les prochains mois, selon la dernière note de conjoncture immobilière des notaires. Sur l'ensemble de la région, les appartements affichent +0,5% entre avril 2015 et avril 2016, et les maisons +0,2%. Dans la capitale, ils ont progressé davantage (+1,6%), atteignant 8.050 euros le mètre carré.

En revanche, la tendance reste légèrement orientée à la baisse pour les appartements en Petite Couronne (-0,2%) et plus encore quand on s’éloigne vers la Grande Couronne (-1,2%).

"Un climat un peu plus haussier à l’été"

Les promesses de vente signées à fin avril (avant-contrats) laissent cependant entrevoir "un climat un peu plus haussier à l’été, qui s’explique en partie par une composante saisonnière", ont souligné les notaires franciliens.

À Paris, le prix au m² des appartements anciens est attendu autour de 8.180 euros en août 2016, soit une hausse trimestrielle de 2,2%. La variation annuelle des prix dans la capitale serait également de +2,2%, puisque les prix s’étaient maintenus autour de 8.000 euros pendant toute l’année 2015 et début 2016.

Au cours des trois derniers mois à fin avril 2016, l'activité du marché immobilier est restée dynamique grâce à des taux d’intérêt exceptionnellement attractifs et un regain de confiance perceptible dans les enquêtes d'opinion du début de printemps. Les ventes ont ainsi progressé de 9% par rapport à février-avril 2015, une croissance un peu moins rapide que les mois précédents, tempère l'étude.

Julien Mouret