BFM Patrimoine

Les épargnants inquiets du second tour de la présidentielle

Marine Le Pen inquiète davantage les épargnants qu'Emmanuel Macron

Marine Le Pen inquiète davantage les épargnants qu'Emmanuel Macron - Joel Saget - Eric Feferbegr - AFP

57% des épargnants redoutent l'issue du scrutin, chiffre qui a augmenté de 10% par rapport au premier tour, selon un sondage Odoxa pour Les Échos.

Si le résultat du premier tour de l'élection présidentielle avait été applaudi par les marchés, les épargnants, eux, ne sont clairement pas rassurés.

Ainsi, selon un sondage Odoxa pour Linxea et Les Échos, 57% des épargnants pensent que le résultat de l'élection présidentielle pourrait avoir des conséquences négatives pour leur argent. Un chiffre qui n'était que de 47% avant le premier tour.

Dans la même veine, 52% de ces épargnants inquiets indiquent qu'ils ont modifié leur comportement d'épargne ou qu'ils envisagent de le faire à l'issue du scrutin. Chiffre qui a, là encore, bondi de 10 points par rapport au premier tour.

Le Pen inquiète plus que Macron

Odoxa attribue la hausse de ces craintes à la présence au second tour de Marine Le Pen. D'ailleurs 59% des épargnants disent que le résultat du premier tour a eu davantage tendance à les inquiéter qu'à les rassurer (40% affirment l'inverse).

Il est vrai que la candidate frontiste a tendance à inquiéter les épargnants. 63% d'entre eux considèrent que sa victoire serait dommageable pour leur bas-de-laine, contre 38% dans le cas d'Emmanuel Macron.

Il faut dire que plus de 7 épargnants sur 10 (74%) jugent que le retour au franc, une des mesures phares du programme de Marine Le Pen, représente un danger pour leur épargne, même si, dans le même temps, ils sont nombreux à considérer que ce scénario ne se réalisera pas (79%).

*Étude Odoxa réalisée sur internet entre le 24 et 25 avril sur un échantillon de 1.000 personnes dont plus de 6 sur 10 sont considérées comme étant un épargnant, c'est-à-dire qui possède au moins l'un des trois produits suivants: PEA, PEL, assurance-vie. L'enquête avant le premier tour avait été réalisée sur un échantillon de 1.503 personnes entre les 19 et 20 avril.

J.M.