BFM Patrimoine

Immobilier: les emprunteurs ont bien renégocié leurs prêts en 2013

Les crédits immobiliers ont été beaucoup renégociés en 2013

Les crédits immobiliers ont été beaucoup renégociés en 2013 - -

Les taux immobiliers sont restés historiquement bas en 2013. Un niveau qui a permis à beaucoup de propriétaires de renégocier leur prêt, selon une étude Meilleurstaux publiée ce mercredi 27 novembre.

Le secteur du crédit immobilier a échappé au pire. L'année 2013 n'aura pas été l'année noire que beaucoup de professionnels craignaient. "Grâce au niveau très avantageux des taux de crédit, la demande de crédit est restée globalement stable par rapport à 2012", avec des pics au premier trimestre et en septembre, a annoncé Hervé Hatt, président du courtier dans son 18eme Observatoire du crédit immobilier, ce mercredi 27 novembre. En octobre, les taux de crédits immobiliers ressortaient à 3,08% sur 15 ans, 3,39% sur 20 ans, et 3,75% sur 25 ans.

Les emprunteurs ont massivement renégocié leurs prêts immobiliers pour profiter de taux de crédit historiquement bas, faisant bondir de 50%, à 3 milliards d'euros, le montant des prêts négociés en neuf mois, selon le courtier en crédit immobilier meilleurtaux.com.

Ces renégociations permettent de réaliser des économies substantielles, puisqu'avec un taux fixe à 3,40% sur 20 ans, emprunter 200.000 euros en novembre 2013 coûte 75.920 euros, soit 22.594 euros de moins qu'en janvier 2012, où le taux était de 4,30%, calcule le courtier.

A l'échelle de l'Hexagone, le courtier estime que la production de crédit immobilier sera cette année en hausse de 40%, à 140 milliards d'euros, un niveau équivalent à celui de 2011 (144 milliards d'euros).

Profils "très divers"

Les emprunteurs continuent à avoir des profils "très divers", note meilleurtaux.com, battant en brèche l'idée répandue par certains de ses concurrents, que seuls les plus aisés auraient désormais accès au crédit immobilier, en raison de la cherté des biens.

En effet 50% des emprunteurs qu'il a financés cette année avaient moins de 10% d'apport, gagnaient moins de 4.000 euros nets à deux, et près d'un tiers ont souscrit un crédit sur 25 ans et plus.

Le courtier relève toutefois un motif d'inquiétude: la chute des investissements locatifs, en recul de 27% sur un an à fin septembre (après -25% en 2012).

"Ils représentent aujourd'hui moins de 10% des crédits chez meilleurtaux.com, contre 14,5% en 2011" et se tournent "de plus en plus vers l'ancien", note le courtier. Seuls 16% privilégient encore un achat dans le neuf, contre près de 40% en 2011.

Diane Lacaze & AFP