BFM Patrimoine

Immobilier de luxe: Paris, champion du monde de la hausse des prix en 2018

Dans la capitale, les prix des logements haut de gamme devraient grimper de 9% en 2018.

Dans la capitale, les prix des logements haut de gamme devraient grimper de 9% en 2018. - Bertrand Guay - AFP

Selon une étude de Knight Frank, les prix des logements haut de gamme devraient grimper de 9% l'an prochain à Paris. En cause, un regain de confiance des acheteurs fortunés, plus enclins à investir dans la capitale depuis l'élection d'Emmanuel Macron.

"L'effet Macron" serait-il en train d'opérer dans l'immobilier de luxe* parisien? Selon une étude de Knight Frank, les prix des logements haut de gamme à Paris devraient bondir de 9% en 2018, affichant ainsi le taux de croissance le plus élevé parmi les treize grandes villes passées au crible par le cabinet spécialisé.

"Paris (...) bénéficie de meilleures perspectives économiques pour la zone euro. La capitale française est de nouveau dans le radar des investisseurs du monde entier, en particulier ceux des États-Unis, du Moyen-Orient et de l'Europe", souligne Knight Frank. Le spécialiste évoque également la confiance retrouvée des investisseurs immobiliers dans l'économie et la bonne image d'Emmanuel Macron.

Cette étude corrobore celle publiée récemment par Sotheby's International Realty. D'après le réseau de prestige, Paris est la cinquième destination la plus prisée par les acheteurs à la recherche d'un bien immobilier de luxe. "La ville lumière propose à la fois un marché relativement stable, un placement sûr et moins cher que la plupart des grandes métropoles, une histoire et un charme qui lui sont propres", affirmait son patron Alexander Kraft en octobre dernier.

Accalmie à Miami, New York et Londres

Hong Kong, considérée comme la ville où se loger coûte le plus cher, ressort deuxième de ce classement (ex-aequo avec Berlin et Sydney) avec des prévisions de hausse de 7%. L'étude prévoit en outre une progression de 3% à Los Angeles et table sur une stabilité New York, Miami ou Londres (+0,5%). Ce qui ramènerait la hausse globale des prix dans la capitale britannique à 13,1% sur les cinq dernières années. Sans grande surprise, le déroulement du Brexit et ses conséquences sur l’emploi auront un impact majeur sur l’évolution des prix à Londres.

Enfin, les prix devraient baisser de 2,5% à Vancouver, seule ville de cette étude où les acquéreurs vont pouvoir acheter à meilleur prix. En cause, l'introduction par les autorités canadiennes d'une taxe frappant les acquisitions immobilières des étrangers.

* Knight Frank définit l'immobilier haut de gamme ("prime") comme les biens les plus désirables et généralement les plus chers dans un emplacement donné. Les marchés immobiliers "prime" sont souvent des zones géographiques où la demande a un biais international significatif.

Julien Mouret