BFM Patrimoine

Crédit immobilier : les banques commencent à relever leurs taux

Les taux immobiliers amorcent leur hausse.

Les taux immobiliers amorcent leur hausse. - Thomas Samson - AFP

Après un an et demi de baisses ininterrompues des taux immobiliers, le mouvement prend fin. Deux banques ont déjà relevé leurs taux. Et d'autres vont suivre.

"Ça commence". Les taux immobiliers débutent leur hausse, annonce Ludovic Huzieux, directeur associé chez Artémis courtage.

Depuis le début du mois de mai, l'OAT à 10 ans (qui sert d'indice de référence pour les taux immobiliers) est passé de 0,4% à près de 1%. Et la conséquence est immédiate : une banque a d'ores et déjà relevé de 0,3% son taux sur 20 ans. Une autre, LCL, a relevé ses taux de 0,1%, selon Europe 1. "D'autres banques vont bouger dans la semaine, prévient Ludovic Huzieux, elles nous ont déjà prévenu".

Après un an et demi de baisses ininterrompues, ce n'est pas vraiment une surprise. Les taux de crédits aux particuliers avaient marqué un nouveau point bas en avril. Ils ont enregistré des baisses comprises entre 0,06% et 0,09% en fonction des durées. Le taux moyen sur 20 ans s'établit à 2,28% aujourd'hui.

Mais Ludovic Huzieux tient quand même à rassurer les futurs emprunteurs. "Il n'y a pas de raison que les taux flambent". Tout d'abord, parce que "les banques empruntent à quasiment rien". Elles ont donc encore des marges confortables.

"Les taux pourraient remonter de 0,10 à 0,30 point d’ici à septembre mais ils resteraient historiquement bas, atteignant en moyenne 2,50 %-2,60 % sur 20 ans, un niveau encore très avantageux pour ceux qui ont un projet immobilier et bien inférieur à ce qu’on pouvait obtenir il y a un an", tempère également Sandrine Allonier, responsable des relations banques chez Vousfinancer.com.

Penser à renégocier son crédit

Ensuite, parce que le contexte économique ne s'y prête pas. "Nous avons enregistré une croissance au premier trimestre mais elle n'est pas exceptionnelle et l'inflation reste très basse", rappelle le directeur d'Artémis courtage.

Néanmoins, si ce dernier ne pronostique pas "une alerte rouge", il conseille tout de même de ne pas tarder à renégocier son prêt immobilier. "On n'attend pas le mois prochain ni même la semaine prochaine. On passe en phase action".

https://twitter.com/DianeLacaze Diane Lacaze Journaliste BFM Éco