BFM Patrimoine

Ces chiffres des déménageurs vont agacer Anne Hidalgo

Un francilien sur deux qui déménage quitte Paris et sa banlieue pour la province.

Un francilien sur deux qui déménage quitte Paris et sa banlieue pour la province. - CARL DE SOUZA - AFP

Selon les Artisans Déménageurs, en 2015, les Parisiens ayant quitté la capitale pour des villes moins coûteuses ont été nettement plus nombreux que ceux qui ont choisi d'y élire domicile.

Ça déménage dans la capitale! Selon une étude des Artisans Déménageurs, Paris détient la palme des villes les plus quittées par ses habitants en 2015. Près de 9% des déménagements assurés par ce groupement de professionnels ont concerné des Parisiens transférant leur mobilier au-delà du périphérique et souvent même au-delà des limites de l'Ile-de-France. Les nouveaux venus dans la capitale représentent, eux, moins de 6% des déménagements. Aucune ville de France n'atteint un pareil différentiel entre les entrées et les sorties identifiées par les Artisans Déménageurs.

Cette "exode" ne se limite pas à la capitale. Toute l'Ile-de-France est concernée. En 2015, un Francilien sur deux ayant déménagé est parti s'installer en province, assure la première plateforme de mise en relation avec les professionnels. 

>> Toutes les démarches pour un bon déménagement

Une proportion inédite. D'autres grandes métropoles commencent également à observer cette tendance, comme Lyon et Marseille. Comme à Paris, le niveau des prix de l'immobilier est pointé du doigt. Mais les Artisans déménageurs insistent également sur l'attractivité grandissante des villes moyennes qui offrent aujourd'hui le même, voire un meilleur, confort de vie.

Il y a les infrastructures, mais surtout l'accès à l'Internet très haut débit. Un argument particulièrement efficace à l'heure du télétravail. À noter que parmi ces villes très attractives on trouve notamment Bordeaux, Toulouse, Montpellier ou encore Rennes.

Et quand les français quittent le pays, où vont-ils?

96% des déménagements se font à l'intérieur du pays. Mais qu'en est-il des 4% restant?

Cliquez ici pour lire la suite

Marie Coeurderoy