BFM Business

Olivier Faure souhaite un congé parental obligatoire de 9 semaines pour les deux parents

Olivier Faure veut qu'Anne Hidalgo renonce à interdire les véhicules diesel à Paris

Olivier Faure veut qu'Anne Hidalgo renonce à interdire les véhicules diesel à Paris - Pierre Verdy - AFP

Les neuf semaines de congé parental préconisées par le rapport de la commission présidée par le neuropsychiatre Boris Cyrulnik sont un "minimum" estime le premier secrétaire du PS.

Olivier Faure, premier secrétaire du PS, veut rendre "obligatoire" un congé parental de neuf semaines pour les deux parents, et allonger pour les femmes le congé avant la naissance, dans une interview au Huffpost, à l'occasion de la journée internationale des droits des femmes, le 8 mars.

Les neuf semaines de congé parental préconisées par le rapport de la commission présidée par le neuropsychiatre Boris Cyrulnik sont un "minimum" mais "il faut le rendre obligatoire pour le second parent. S'agissant du congé de maternité avant l'accouchement, il devrait, dans la mesure du possible, être allongé pour la santé des mères et des bébés", affirme Olivier Faure.

Le responsable socialiste plaide également pour que "toutes les femmes en situation de précarité" aient "accès gratuitement" aux protections périodiques. Il pourrait y avoir, "pourquoi pas, des usines publiques qui les produisent".

"Si la gauche était élue, le budget alloué aux droits des femmes chaque année serait de un milliard d'euros"

"J'ai vu que Frédérique Vidal (NDLR ministre de l'Enseignement supérieur) voulait rendre gratuites les protections périodiques pour les étudiantes, c'est une bonne chose. C'est toujours mieux que l'attaque scandaleuse contre les libertés académiques, mais ce n'est pas suffisant", affirme-t-il également, en référence à la polémique sur l'"islamo-gauchisme" dans la recherche académique.

"Autour de 10% de collégiennes et lycéennes n'y ont pas accès, ce qui pénalise leur scolarité" et "quand Marlène Schiappa (ministre chargée de la Citoyenneté) dénonce les jeunes filles qui ne vont pas à la piscine pour des raisons supposées religieuses, peut-être devrait-elle d'abord s'interroger sur la précarité menstruelle", ajoute-t-il.

Autre souhait: "une politique publique d'éducation à la sexualité et au consentement au collège et au lycée", matière qui pourrait, "pourquoi pas", être notée au collège et au lycée.

Olivier Faure affirme également que si la gauche était élue, le budget alloué aux droits des femmes chaque année serait de "un milliard" d'euros, "comme celui des Espagnols", et que "le ministère redeviendrait de plein exercice".

"Jusqu'ici, ces sujets essentiels dans la vie des femmes n'étaient pas jugés légitimes ou suffisamment nobles. Pour moi, ils doivent être évoqués au même titre que la dette publique ou la guerre en Syrie", insiste-t-il.

OC avec AFP