BFM Eco

Les pièces de un et deux centimes d'euro vont-elles disparaître en 2020?

Selon la presse allemande, la nouvelle présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, souhaite que les pièces de 1 et 2 centimes soient retirées de la circulation. Les prix seraient arrondis à la baisse ou à la hausse.

La fin de la toute petite monnaie? Selon les médias allemands, Ursula von der Leyen voudrait retirer de la circulation les pièces de 1 et 2 centimes. La présidente de la Commission européenne souhaiterait que cette mesure prennent effet dès cette année.

Ces pièces posent en effet de multiples problèmes. Elles coûtent cher à frapper (1,2 centime pour une pièce de 1 cent), mais aussi à compter et à transporter. En 2013, la Commission européenne a estimé que depuis 2002, la frappe des pièces de 1 et 2 cents avait coûté 1,4 milliard d’euros à la zone euro, soit en moyenne 12,7 millions par an. 

Selon une enquête menée par la BCE en 2018, une majorité de citoyens de la zone euro seraient favorables à la suppression de ces pièces. Déjà, plusieurs pays de la zone euro ont décidé d'en limiter la mise en circulation ce qui a eu pour effet de créer une pénurie. C'est ce qui a poussé la Belgique à inciter les commerçants à ne plus les accepter car souvent ils ne pouvaient rendre la monnaie aux clients. Depuis le 1er décembre, un arrêté les oblige à arrondir les prix pour les paiements en espèces.

Craintes d'un effet inflationniste

Dans d'autres pays c'est l'inverse, elles traînent au fond des poches et des porte-monnaies et chacun tente comme il peut de les refiler pour des petits achats en liquide. Selon le Süddeutsche Zeitung, qui révèle le projet d'Ursula von der Leyen, "les Allemands ont en moyenne 175 pièces de un et deux cents à la maison".

Comment réagiraient les Français à une telle décision. Selon l'enquête de la BCE, 58% des Français seraient pour la disparition de ces pièces. Depuis plusieurs années, le sujet est sur la table aussi bien à la Banque de France qu'à Bercy.

Interrogé par le site moneyvox, le ministère de l'Economie estime que si la "suppression de cette frappe est légitime compte tenu de l’évolution des usages et du coût associé" il faut en peser les "inconvénients" notamment la réaction négative du grand public que les règles d’arrondi pourraient déclencher", notamment un effet inflationniste que redoutent les associations de consommateurs.

Lors du lancement de l'euro, en 2001, les Allemands se déclaraient déjà défavorables à la mise en circulation de ces toutes petites pièces. Berlin avait aussi réclamé l'impression de billets à partir de 1 euro, comme les Etats-Unis le font avec les dollars. Cette proposition n'est depuis jamais revenue sur la table.

Mais avant de se débarrasser de ces pièces, si elles viennent à être supprimée, mieux vaux faire attention. Comme le signale la RTBF, certaines peuvent avoir de la valeur. "Une pièce monégasque d’un centime de 2002 pourrait valoir plus d'une centaine d'euros. Mieux, une pièces italienne de la même année vaudrait plusieurs milliers d'euros à cause d'une erreur de frappe. Les autres, qui ne valent pas plus que leur valeur, iront remplir la tirelire des enfants ou serviront à faire des dons à des associations.

https://twitter.com/PascalSamama Pascal Samama Journaliste BFM Éco