BFM Business

Le régime des retraites moins dans le rouge que prévu en 2020

Photo d'illustration devant une agence de retraite.

Photo d'illustration devant une agence de retraite. - Philippe Huguen - AFP

Selon le dernier rapport du Conseil d’orientation des retraites (COR), consulté par Le Figaro, le régime des retraites est resté largement déficitaire l'an dernier, à 13 milliards d'euros. Mais le solde de l'année 2020 s'est amélioré, conséquence de "la baisse des dépenses liées à la surmortalité due à la crise sanitaire".

Un régime largement déficitaire avec la crise sanitaire mais moins que prévu. C'est ce que retient Le Figaro du rapport annuel Conseil d’orientation des retraites (COR) qui doit être présenté ce jeudi.

Principal chiffre à retenir: le déficit global du système de retraite français s'est établi à 13 milliards d'euros en 2020, ce qui reste nettement inférieur aux 23,4 milliards prévus fin novembre.

Amélioration du déficit attendue en 2021

"Le solde de l’année 2020, et plus encore celui de l’année 2021, sont améliorés par la baisse des dépenses liées à la surmortalité due à la crise sanitaire", souligne ce document.

Dans le détail, le solde dépenses-recettes s'est amélioré de 0,3 point en 2020 et devrait s'améliorer de 0,1 point en 2021, même s'il reste globalement déficitaire. Le déficit devrait ainsi être compris entre 7 et 10 milliards d'euros en 2021 (soit 0,3% à 0,4% du PIB), selon ces nouvelles projections.

Un déficit durable

En 2020, les dépenses de retraites ont progressé de 1%, en plus de l'inflation, alors que les recettes ont baissé de 4%, "en grande partie à cause de la baisse des rentrées de cotisation", souligne Le Figaro. Dans ce contexte, le déficit du système de retaites est évalué à 18 milliards d'euros en 2020, soit 0,8% du PIB, et à 13 milliards d'euros, en intégrant le transfert exceptionnel de 5 milliards d'euros en provenance du Fonds de réserve des retraites (FRR).

Pour le COR, le rebond économique de 2021 laisse envisager une situation financière plus favorable d'ici à 2023, "entre 0,3% et 0,1% du PIB selon les hypothèses".

Les syndicats inquiets

Alors que la réforme des retraites, projet interrompu par la crise sanitaire, reste une "priorité" du gouvernement, les syndicats mettent en garde contre un retour de cette réforme avant 2022.

"On continue de dire qu'il n'y a pas de voie de passage pour une réforme des retraites quelle qu'elle soit d'ici l'élection présidentielle", a affirmé à l'AFP le 7 juin le secrétaire général de la CFDT, Laurent Berger. Promouvoir une telle réforme avant 2022, "c'est juste une folie", s'alarme-t-il.

"Ce serait une erreur de la part du président de la République de remettre ça sur la table, il y a bien d'autres priorités", a commenté sur RMC son homologue de la CGT, Philippe Martinez.

J.B.