BFM Business
Economie

Le propriétaire chinois de TikTok discute avec Washington d'options de rechange à la vente

Le président américain Donald Trump accuse l'appli TikTok, sans preuve, d'espionnage pour le compte de la Chine.

Le président américain Donald Trump accuse l'appli TikTok, sans preuve, d'espionnage pour le compte de la Chine. - Martin BUREAU © 2019 AFP

Le groupe chinois ByteDance, propriétaire de l'appli mobiole TikTok, discute avec le gouvernement américain d'alternatives à une vente de ses activités aux Etats-Unis, exigée par Donald Trump au nom de la sécurité nationale, d'après le Wall Street Journal.

L'appli TikTok sera-t-elle finalement vendue pour ses activités aux États-Unis? Le groupe chinois ByteDance, propriétaire du réseau social à succès, discute avec le gouvernement américain de solutions de rechange à une cession de ses activités aux États-Unis.

Outre-Atlantique, le réseau social est utilisé par 100 millions d'utilisateurs tous les mois (800% de plus qu'en janvier 2018), dont 50 millions tous les jours.

"De nombreuses options restent sur la table"

"De nombreuses options restent sur la table (...) et la vente reste une possibilité, ont déclaré des sources proches du dossier", relate le quotidien américain The Wall Street Journal. "Même si une vente totale n'avait pas lieu, il y aurait quand même une forme de restructuration de TikTok, a dit l'une des sources".

L'application de vidéos légères se retrouve depuis des semaines au coeur du conflit politique et commercial entre Washington et Pékin. Le président américain l'accuse, sans preuve, d'espionnage pour le compte de la Chine.

Microsoft et Oracle sont dans la course pour le rachat

Il a signé un décret début août qui interdit à ByteDance toute transaction avec des entreprises américaines au-delà du 15 septembre, puis un autre décret, le 14 août, ordonnant à ByteDance de se séparer des activités américaines de TikTok, au nom de la "sécurité nationale", sous 90 jours.

Des négociations sont en cours, notamment avec des groupes informatiques comme Microsoft et Oracle.



"Le ministère des Finances est uniquement concentré à ce stade sur des discussions concernant la vente de TikTok en accord avec l'ordre de cession signé par le président le 14 août", a réagi Monica Crowley, chargée des affaires publiques.

La Chine met des bâtons dans les roues à la vente

En attendant un éventuel rebondissement, les négociations pour un rachat semblaient en bonne voie, notamment par Microsoft et Walmart, le géant des supermarchés.

Mais, fin août, le ministère chinois du Commerce a amendé - pour la première fois depuis 2008 - sa liste de technologies soumises à des restrictions ou interdictions d'exportation. La liste comprend désormais, entre autres, des technologies d'intelligence artificielle (traitement des données, recommandation de contenus, etc) qui ont fait le succès de l'application TikTok, où les vidéos s'affichent sur l'écran des utilisateurs principalement en fonction de leurs goûts, et beaucoup moins de leurs contacts.

ByteDance a fait savoir qu'il "respecterait strictement" les nouvelles règles de la Chine, c'est-à-dire l'obtention d'une licence d'exportation auprès des autorités, ce qui pourrait compliquer la vente des activités américaines de l'entreprise.

Frédéric Bergé
https://twitter.com/BergeFrederic Frédéric Bergé avec AFP Journaliste BFM Éco