BFM Business

La croissance rebondit de 18,2% au 3e trimestre

l'économie française devrait ralentir fortement cette année, avec une croissance limitée à 0,4%, après 1,7% l'an dernier.

l'économie française devrait ralentir fortement cette année, avec une croissance limitée à 0,4%, après 1,7% l'an dernier. - -

Comme prévu, le déconfinement a provoqué un bond de la croissance toutefois, le PIB reste "nettement en dessous de son niveau d'avant-crise", selon l'Insee.

L'économie française a fortement rebondi au troisième trimestre après l'écroulement (-13,7%) dû au confinement au printemps, le produit intérieur brut (PIB) affichant une hausse de 18,2%, selon une première estimation publiée par l'Insee vendredi.

Toutefois, il reste "nettement en dessous de son niveau d'avant-crise" puiqu'il est en retrait de 4,3% par rapport au troisième trimestre 2019, précise l'Institut national de la statistique, qui ne donne aucune prévision actualisée pour le dernier trimestre 2020 alors que le confinement devrait faire rechuter le PIB selon le gouvernement.

La croissance française depuis 2005
La croissance française depuis 2005 © Insee

Consommation en berne en septembre

La consommation des ménages a progressé de 17,3% sur la période se rapprochant de son niveau d’avant-crise (-2,1% en glissement annuel), en particulier grâce aux achats de biens qui ont connu des "effets de rattrapage" après le confinement.

Néanmoins, les dépenses des ménages ont nettement reculé en septembre après une petite hausse en août, en raison d'une "baisse importante" des achats de biens fabriqués et alimentaires, a indiqué vendredi l'Insee.

Ces dépenses se sont repliées de 5,1% le mois dernier, après avoir progressé de 2,2% en août, un chiffre qui a été légèrement révisé à la baisse, selon un communiqué de l'Institut national de la statistique.

"Après avoir fermement rebondi à la sortie du confinement, la consommation des ménages en biens repasse en dessous de son niveau de février (dernier mois complet avant la mise en place du premier confinement pour lutter contre la propagation du coronavirus, ndlr) pour la première fois depuis mai", mois qui a marqué le déconfinement, souligne l'Insee.

Au total, la demande intérieure finale hors stocks contribue pour +18,9 points à la hausse du PIB ce trimestre.

Le commerce extérieur rebondit également ce trimestre, notamment les exportations (+23,2% après -25,7%). Les importations augmentent également mais dans des proportions moins marquées (+16,0% après -17,1%). Au total, le commerce extérieur contribue positivement à la croissance du PIB : +1,2 point, après -2,4 points au trimestre précédent.

Rebond de la production

L'investissement des entreprises a de son côté rebondi de 20,2%. La production totale de biens et services rebondit de 17,6%, après -13,9%. Cependant elle ne retrouve pas son niveau d’avant-crise et reste inférieure de 4,8% au niveau du troisième trimestre 2019.

En particulier, la production des biens reste bien inférieure au niveau d’avant-crise (-8,0% en glissement annuel), notamment dans les branches manufacturières (-9,5% en glissement annuel).

Les services sont relativement plus proches de leur niveau d’avant-crise (-3,8% en glissement annuel).

Pour l'ensemble de l'année 2020, l'Insee table sur une récession de 9%, avec une stagnation du PIB au dernier trimestre, mais c'était avant la décision du gouvernement de reconfiner le pays.

Après avoir anticipé un recul de 10% du PIB pour 2020, le ministre de l'Economie Bruno Le Maire a estimé jeudi que le confinement allait faire chuter l'activité économique de 15% et a annoncé ce vendredi une nouvelle prévision de récession à -11%.

Olivier Chicheportiche avec AFP