BFM Business

Quelles sont les universités qui produisent le plus d'ultra-riches?

Le cabinet Wealth-X a publié une étude qui recense les établissements d'enseignement supérieur qui comptent le plus d'élèves ayant fait fortune. Si Harvard arrive largement en tête, une école française, l'Insead, est citée.

John Rockfeller, Amancio Ortega ou encore Richard Branson… la liste des milliardaires qui n'ont pas même le baccalauréat (ou son équivalent) n'est pas si courte. Néanmoins, il vaut mieux avoir fait des études pour devenir riche. Selon les estimations du cabinet Wealth-X, 70,1% des milliardaires ont au moins un bachelor, c'est-à-dire au minimum une licence.

Les grandes fortunes sont donc pour beaucoup d'entre elles allées à l'université. Mais quels établissements choisissent-elles?

Dans une étude récente, le cabinet Wealth-X apporte des éléments de réponse. La société de conseil a ainsi dressé un classement des établissements comptant le plus "d'ultra-riches" parmi ses anciens élèves. Ces "ultra-riches" (ou "ultra high net worth individual") sont considérés comme tels lorsque leur patrimoine net dépasse les 30 millions de dollars. Ils étaient, en 2016, 212.615.

Harvard écrase la concurrence

Le top 20 des établissements ayant le plus produit de ces "ultra-riches" n'est pas ultra-surprenant. 

Ainsi Harvard écrase la concurrence. La plus célèbre université américaine compte pas moins de 1.906 ultra-riches "connus" dans le monde, représentant une fortune de plus de 811 milliards de dollars. Wealth-X estime même d'ailleurs que le chiffre "réel" est bien plus élevé: 16.300 ultra-riches issus des rangs d'Harvard, pour une fortune cumulée de 3238 milliards de dollars, soit presque le PIB de l'Allemagne!

Dernière illustration de la puissance de l'université située dans le Massachussetts: le nombre de milliardaires. Wealth-X estime qu'Harvard en compte pas moins de 131 parmi ses anciens élèves (pour une fortune totale de 529 milliards de dollars), soit 5,5% de l'ensemble des milliardaires. Autrement dit, plus d'un milliardaire sur 20 a fait Harvard! Évidemment il n'y a qu'à jeter un coup d'œil à la liste des plus grandes fortunes de Forbes pour y repérer nombre d'anciens élèves: Bill Gates (mais pas Warren Buffett, qui avait été recalé), Mark Zuckerberg, ou encore Michael Bloomberg.

La dauphine d'Harvard est l'Université de Pennsylvanie avec 832 anciens étudiants "connus" devenus "super-riches" (Wealth-X estime le chiffre "réel à près de 7000). Un établissement qui compte parmi ses "alumni" de prestigieux noms tels qu'Elon Musk, Laurene Powell Jobs, la veuve de Steve Jobs et… Donald Trump. La Columbia University (576 ultra-riches) complète le podium, suivie de la New York University (488) et de Stanford (466).

Cambridge et l'Insead

De façon générale, les universités américaines archi-dominent le classement. Dans le top 20, seule une seule et unique école n'est pas américaine, Cambridge (18e avec 271 ultra-riches).

Si bien que Wealth-X a dressé un autre classement, en excluant les universités américaines. Dans ce nouveau palmarès, le podium est trusté par trois université britanniques: Cambridge, donc, la London School of Economics (226 ultra-riches) et Oxford (189).

Au pied du podium se trouve toutefois une école tricolore: l'Insead, à Fontainebleau qui compte parmi ses anciens élèves Benoît Potier, le PDG d'Air Liquide, Tidjane Thiam, le patron de Crédit Suisse, Antoine Arnault, patron de la griffe Berluti et fils de Bernard Arnault, Arnaud Montebourg ainsi que le playboy milliardaire et personnage de bande dessinée Largo Winch.

Des doublons

Néanmoins au vu de l'important coût de la scolarité (comptez 80.000 euros l'année), on peut se demander si les étudiants de l'Insead ne deviennent pas des ultra-riches parce qu'ils sont avant tout des "fils ou fille de". Ce que réfute Graham Hastie, vice-doyen de l'Insead.

"Depuis sa création en 1957, à l'Insead, l'un des principes fondateurs a été la diversité. Diversité des nationalités mais aussi de l'origine sociale. Si nous comptons évidemment des étudiants qui viennent de familles aisées, ils proviennent globalement de milieux diverses", affirme-t-il. Pour assurer cette diversité, l'Insead propose un peu plus de 90 bourses. Si bien que "sur la promotion actuelle de l'executive MBA, 28% des étudiants sont boursiers", indique-t-il.

Par ailleurs, "nous avons 50.000 anciens étudiants dont beaucoup ont créé avec succès leur entreprise comme c'est le cas de Frédéric et Nicolas (Mazzella et Brusson, cofondateurs de BlablablaCar) ou Taavet (Taavet Hinrikus, le fondateur de Transferwise, une licorne estonienne)", poursuit Graham Hastie.

Néanmoins, la présence de l'Insead montre aussi que Wealth-X ne tient pas compte des spécificités des écoles. En effet, l'école basée à Fontainebleau ne propose que des MBA, soit un cursus que font généralement des cadres pour donner un coup de boost à leur carrière. "C'est vrai que certains des étudiants sont probablement comptés deux fois. Quand on regarde le classement, on voit la présence des universités de Bombay (5e, derrière l'Insead, NDLR) ou de Singapour (6e) dont sont effectivement issus beaucoup de nos élèves", souligne Graham Hastie.

Le classement

Top 10

1/ Harvard 1.906 ex-étudiants ultra-riches

2/ University of Pennsylvania 832

3/ Columbia University 578

4/ New York University 488

5/ Stanford 466

6/ MIT 375

7/ University of Chicago 371

8/ Northwestern University 365

9/ Yale 360

10/ Princeton University 330

Top 10 hors universités américaines

1/ Cambridge 271

2/ London School of Economics 226

3/ Oxford 189

4/ INSEAD 159

5/ University of Mumbai 119

6/ National University of Singapore 118

7/ University of Toronto 101

8/ American Uniersity of Beirut 95

9 ex/ London Business School 84

9 ex/ McGill University 84

Julien Marion