BFM Business

Pourquoi Mario Draghi fait faux bond à Jackson Hole

Le président de la BCE, Mario Draghi, n'ira pas au grand rendez-vous annuel des banquiers centraux

Le président de la BCE, Mario Draghi, n'ira pas au grand rendez-vous annuel des banquiers centraux - -

Le président de la BCE a annoncé, mardi 28 août, qu’il n’irait pas à la convention annuelle des banquiers centraux prévue vendredi en raison d’un calendrier trop chargé. Selon les experts, il chercherait surtout à ne pas décevoir une nouvelle fois les marchés financiers.

Mario Draghi, président de la Banque centrale européenne (BCE) fait faux bond à la conférence annuelle des banquiers centraux à Jackson Hole, qui se tient le 31 août aux Etats-Unis. La BCE a en effet annoncé, mardi 28 août, que son patron ne se rendra pas à ce grand rendez-vous où il devait prononcer un discours, samedi prochain, au lendemain de l’ouverture de la conférence.

Selon un porte-parole de de l’institution européenne, la raison qui explique cette annulation de dernière minute serait la charge de travail élevée à laquelle Mario Draghi doit faire face, en vue de la prochaine réunion de politique monétaire de la BCE, le 6 septembre prochain.

Mais pour Jean-Louis Mourier, économiste chez Aurel BGC, Mario Draghi a surtout voulu éviter une nouvelle douche froide aux investisseurs: "Sans doute a-t-il préféré ne pas se rendre sur place plutôt que de décevoir les attentes qui ont commencé à se former", explique l’économiste.

Des propos que corrobore Fréderik Ducrozet, économiste au Crédit Agricole CIB. Interrogé par la rédaction de BFM Business, il souligne que les espoirs des investisseurs sont tels, que si Mario Draghi "arrive vendredi à Jackson Hole sans rien dire de nouveau aux investisseurs", les marchés pourraient alors chuter. 

Pas d'annonce concrète pour Mario Draghi

La réunion de Jackson Hole va être en effet particulièrement scrutée, car les marchés veulent savoir si la BCE et la Réserve Fédérale américaine vont prendre des mesures musclées. Pour relancer la croissance aux Etats-Unis d'un côté et apaiser les tensions en zone euro de l'autre.

Or, pour Jean-Louis Mourier, Mario Draghi "n’a pas d’annonce concrète à faire" sur une éventuelle action de la BCE sur le marché obligataire. L’économiste pense que l’institution européenne n’a pas progressé, tant sur les modalités que sur le calendrier des hypothétiques mesures qui pourraient être prises pour soutenir les pays européens en difficulté.

Lors de la dernière conférence mensuelle de la BCE, en août, Mario Draghi avait déjà fait plonger les bourses européennes, en ne formulant aucune annonce forte. Les investisseurs attendaient alors la présentation d’un nouveau programme de rachat d’obligations sur le marché secondaire, notamment pour soulager l’Espagne. Il n'en avait rien été.

BFMbusiness.com