BFM Business

Paradis fiscaux: le Luxembourg s'en prend au Royaume-Uni

Jean Asselborn, le ministre des affaires étrangères luxembourgeois, aimerait que le Royaume-Uni soit traité "aussi fermement" que le Luxembourg.

Jean Asselborn, le ministre des affaires étrangères luxembourgeois, aimerait que le Royaume-Uni soit traité "aussi fermement" que le Luxembourg. - -

Le Luxembourg, qui a récemment accepté de lever partiellement son secret bancaire, a demandé, lundi 15 avril, que le Royaume-Uni soit traité de manière égale. Une façon de pointer du doigt les îles anglo-normandes, paradis fiscaux notoires.

Après avoir donné des gages de bonne volonté vis-à-vis de Bruxelles concernant la lutte contre les paradis fiscaux, le Luxembourg passe à l’offensive. Son ministre des Affaires étrangères, Jean Asselborn, a ainsi déclaré, lundi 15 avril, qu’il espérait que le Royaume-Uni serait traité "aussi fermement" que le Luxembourg a pu l’être.

"J'espère que, dans la lutte contre les véritables paradis fiscaux, on agira aussi fermement qu'on l'a fait pour les petits pays de l'Union européenne", a-t-il estimé au cours d'une conférence de presse à Vienne avec son homologue autrichien, le conservateur Michael Spindelegger.

A propos des îles anglo-normandes, Jean Asselborn a notamment regretté qu'on discute avec Londres seulement "entre quatre yeux", se déclarant favorable à la transparence sur ce sujet.

L'Autriche isolée au sein de l'Union européenne

"Ni l'Autriche, ni le Luxembourg ne sont des paradis fiscaux", a une nouvelle fois martelé le chef de la diplomatie luxembourgeoise, précisant qu'il était favorable à ce que l'Autriche et son pays aillent dans le même sens sur la levée du secret bancaire.

"Nous souhaitons rester avec un partenaire, qui a partagé la même position pendant longtemps", a assuré Jean Asselborn. "Ce n'est pas comme si nous avions voulu être les bons et les Autrichiens désignés comme les mauvais", a-t-il ajouté.

Le Premier ministre luxembourgeois Jean-Claude Juncker, sous la pression de ses partenaires européens et des Etats-Unis, a accepté le 10 avril dernier la levée partielle du secret bancaire. Et ce avec l'échange automatique de données à partir du 1er janvier 2015, isolant ainsi l'Autriche, seul pays de l'UE à maintenir le secret bancaire.

>> A lire aussi - La France et l'Allemagne en pointe contre l'évasion fiscale

>> A lire aussi- La Suisse reste inflexible sur le secret bancaire

Y.D.