BFM Business

Oracle poursuivi pour discrimination aux États-Unis

Oracle aurait favorisé les hommes blancs pour les salaires, et les hommes asiatiques pour les postes techniques.

Oracle aurait favorisé les hommes blancs pour les salaires, et les hommes asiatiques pour les postes techniques. - Justin Sullivan - Getty - AFP

Le géant des logiciels professionnels qui compte l'État fédéral comme client fait l'objet d'une plainte du département du Travail pour des faits de discrimination, notamment à l'embauche envers les non-asiatiques.

Les autorités américaines ont lancé des poursuites mercredi contre le groupe informatique américain Oracle, accusé de discriminations à l'embauche et sur les salaires aux États-Unis. Oracle, spécialisé dans les logiciels professionnels, est menacé de perdre tous ses contrats avec le gouvernement fédéral et de se voir interdire d'en conclure de nouveaux, selon un communiqué du département du Travail.

Concrètement, le département du Travail reproche au groupe "une pratique systématique" consistant à payer davantage, à poste identique, ses salariés quand ils sont des hommes caucasiens, ce qui revient à "des discriminations sur le salaire contre les salariés féminins, afro-américains et asiatiques". Oracle favoriserait également le recrutement de travailleurs asiatiques pour les emplois techniques et liés au développement de produits, ce qui crée cette fois des discriminations envers les candidats non asiatiques.

Une plainte "motivée politiquement"

Dans un courriel, une porte-parole d'Oracle a dénoncé une plainte "motivée politiquement, basée sur de fausses allégations, et totalement sans fondement". "Nos décisions sur le recrutement et les salaires sont non-discriminatoires et basées seulement sur des facteurs légitimes incluant l'expérience et le mérite", a-t-elle ajouté.

Le département du Travail explique que sa plainte fait suite à une enquête entamée en 2014 au siège du groupe à Redwood Shores en Californie, et affirme avoir tenté de trouver un remède amiable pour les violations constatées pendant près d'un an avant de lancer des poursuites.

Manque de coopération d'Oracle

Il fait également état d'un manque de coopération d'Oracle, qui a selon lui refusé de lui fournir des informations sur les rémunérations versées les années précédentes à tous ses salariés, sur ses recrutements dans certaines lignes d'activité, ou encore sur d'éventuelles plaintes d'employés. Le département rappelle que le gouvernement fédéral, auprès duquel Oracle a obtenu "des centaines de millions" de dollars de contrats, interdit à ses sous-traitants les pratiques discriminatoires envers leurs salariés.

La question est particulièrement sensible dans le secteur technologique, qui se voit régulièrement reprocher son manque de diversité sociale. Les statistiques publiés régulièrement par les grands groupes montrent généralement des effectifs composés en majorité par des hommes blancs, ou éventuellement asiatiques, tandis que les femmes, les noirs ou les hispaniques sont beaucoup moins représentés que dans la population générale du pays.

N.G. avec AFP