BFM Business

Les investissements chinois à l'étranger bondissent de 28%

Les investissements chinois ont notamment augmenté en Russie et aux Etats-Unis.

Les investissements chinois ont notamment augmenté en Russie et aux Etats-Unis. - -

Sur les onze premiers mois de l'année, les investissements chinois à l'étranger ont progressé de 28,3% selon des statistiques officielles publiées ce mercredi 18 décembre. Ils augmentent surtout en Russie et aux Etats-Unis.

Les investissements chinois à l'étranger bondissent. De janvier à novembre, ils ont atteint 80,2 milliards de dollars contre 77,2 milliards sur la même période de 2012, soit une hausse de 28,3%, selon les données du gouvernement publiées ce mercredi 18 décembre.

Pour le seul mois de novembre, les investissements directs à l'étranger ont progressé de 2,35% par rapport au même mois de 2012, à 8,48 milliards de dollars, marquant une accélération par rapport à octobre, mois durant lequel ils avaient enregistré une hausse de seulement 1,24% sur un an.

Les investissements chinois ont connu de spectaculaires progressions au cours de ces onze mois en Russie, où ils ont été quasiment multiplié par huit sur un an, et aux Etats-Unis, où ils ont bondi de quelque 230%.

Pékin craint une " sur-interprétation"

Parmi les opérations majeures réalisées cette année, figure le rachat du plus grand fabricant américain de hot dogs, Smithfield Foods, par le chinois Shuanghui, pour 7,1 milliards de dollars.

"La Chine en ce moment est désireuse d'investir à l'étranger", et le ministère va "s'efforcer autant que possible" d'assouplir ses contrôles "pour accroître encore les investissements réalisés à l'étranger par des entreprises ou des particuliers" chinois, a souligné Shen Danyang, porte-parole du ministère du Commerce.

Mais selon un responsable chinois, Pékin se montre prudent dans la manière dont il annonce et commente les plus gros investissements à l'étranger, redoutant "une sur-interprétation".

Les médias "font souvent le lien entre ces opérations et le gouvernement, mais les entreprises ne font pas que nous écouter, elles prennent leurs propres décisions", a-t-il indiqué à l'AFP.

J.M. avec AFP