BFM Business

Les groupes chimistes européens dans le viseur de la Chine

La Chine prend des mesures contre les chimistes européens.

La Chine prend des mesures contre les chimistes européens. - -

Selon Les Echos de ce lundi 27 mai, la Chine aurait indiqué à Bruxelles qu'elle comptait restreindre l'importation de produits chimiques européens. Une mesure en forme de représailles alors que l'Europe veut taxer certaines exportations chinoises.

Angela Merkel a beau tenter de calmer le jeu ce lundi, il semble bien qu'une nouvelle manche dans la bataille commerciale entre la Chine et l'Europe se joue, au deuxième jour de la visite du Premier ministre chinois en Allemagne. Pékin aurait notifié à la Commission européenne une nouvelle procédure anti-dumping contre certains chimistes européens, selon Les Echos de ce 27 juin.

Cette initiative, la deuxième du genre depuis le début du mois de mai, ressemble à une mesure de rétorsion alors que Bruxelles s'apprête à taxer fortement l'importation de panneaux solaire chinois.

Deux substances seraient concernées par les restrictions de la Chine, peut-on lire dans le quotidien: des dérivés du chlore, le perchloroethylène et le tetrachloroethylène. Une mesure qui pénalisera plus particulièrement Solvay, et Dow Chemical en Europe. Et les mêmes règles s'appliqueraient à terme aux Etats-Unis.

Les équipementiers télécoms chinois prochaine cible de Bruxelles

Les procédures anti-dumping se multiplient. Au début du mois, la Chine a lancé une enquête sur les tubes en acier sans soudure européens. L'industriel Vallourec, qui en construit, a vu son titre chuter en Bourse.

L'Europe n'est pas en reste. La Commission s'est prononcée pour une taxe sur les panneaux solaires chinois jusqu'à 47%, au nom de la lutte anti-dumping. Elle a également lancé une enquête sur les équipementiers télécoms chinois pour vérifier qu'ils ne vendent pas à perte et qu'ils ne bénéficient pas de subventions publiques.

Si la Commission européenne multiplie les mesures, la position des différents pays de l'Union, dont l'avis n'est que consultatif dans ce domaine, n'est pas homogène. La chancelière allemande Angela Merkel, soumise à la pression des industriels allemands, rejette une nouvelle fois ce lundi toute forme de protectionnisme vis-à-vis de Pékin.

N.G.