BFM Business

Les Brics créent leur propre banque de développement

De gauche à droite, les dirigeants des cinq BRICS: Vladimir Poutine (Russie), Narendra Modi (Inde), Dilma Roussef (Brésil), Xi Jinping (Chine) et Jacob Zuma (Afrique du Sud)

De gauche à droite, les dirigeants des cinq BRICS: Vladimir Poutine (Russie), Narendra Modi (Inde), Dilma Roussef (Brésil), Xi Jinping (Chine) et Jacob Zuma (Afrique du Sud) - -

Le Brésil, la Russie, l'Inde, la Chine et l'Afrique du Sud ont officiellement créé, ce mardi 15 juillet, une nouvelle banque de développement de 50 milliards de dollars ainsi qu'un fonds commun de réserves de 100 milliards de dollars.

L'idée faisait chemin depuis plus d'un an. Elle va désormais être concrétisée. Ce mardi 15 juillet, les grands pays émergents, les BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud) ont annoncé la création d'une banque de développement.

Cette banque sera dotée d'un capital initial de 50 milliards de dollars, capital qui pourra être ensuite porté à 100 milliards de dollars. Il sera abondé à parts égales par le Brésil, l'Inde, la Russie, la Chine et l'Afrique du Sud.

Le premier président de cette "Nouvelle Banque de Développement", qui sera basée à Shanghaï, sera issu d'Inde, selon la déclaration finale du 6e sommet des BRICS, organisé à Fortaleza au Brésil.

Faire contrepoids au FMI et à la Banque mondiale

En complément de cette banque, les cinq pays ont également acté la création d'un fonds de réserves de 100 milliards de dollars. Ce fonds doit leur permettre d'éviter "les pressions à court terme sur les liquidités", "promouvoir une plus grande coopération" au sein des Brics et "renforcer la sécurité financière globale", selon la déclaration.

Les pays émergents des BRICS, qui représentent 40% de la population et un cinquième du PIB de la planète, discutaient depuis plusieurs années de ce double projet visant à faire contrepoids à la Banque mondiale et au Fonds monétaire international (FMI), où ils s'estiment mal représentés.

J.M. avec AFP