BFM Business

Le mot que Hollande ne doit jamais prononcer devant Cameron

-

- - Etienne Laurent-AFP

François Hollande rencontre ce mardi le Premier ministre britannique pour évoquer le futur référendum sur le maintien de la Grande Bretagne dans l'Union européenne. Le chef de l'Etat français va marcher sur des oeufs car le sujet est "touchy".

S’il veut persuader les Britanniques de rester dans l’Union européenne, François Hollande a tout intérêt à ne pas parler de…. rabais devant le Premier ministre David Cameron qui le reçoit ce mardi 22 septembre dans sa résidence d'été des Chequers…

Un rabais de 1,5 milliard d’euros que les Français versent chaque année aux Britanniques sans vraiment le savoir pour justement que ces derniers rester dans l’Union européenne. 

Cadeau de Mitterrand à Thatcher

Et cela dure comme ça depuis près de…..30 ans. Faisons un tout petit peu d’histoire. En 1984, Margaret Thatcher rue dans les brancards. Pour la "dame de fer", l’Europe lui coûte trop cher et ne lui rapporte pas assez. Elle menace donc de claquer la porte.

François Mitterrand réussit à la retenir en convainquant lors d'un sommet à Fontainebleau les dirigeants européens de faire un effort financier à l’égard des Britanniques.

En pratique, les grands pays de l’Union vont payer une contribution à la Grande-Bretagne afin de lui rembourser une partie de son "déficit", c’est-à-dire la différence entre ce qu’elle paie à l’Europe et ce qu’elle reçoit d’elle.

Rabais sur le rabais

Le problème, c’est que beaucoup de pays ont obtenu depuis 1984 de l’Union européenne un rabais... à leur rabais. C’est le cas de l’Allemagne, de la Suède ou encore des Pays-Bas.

A plusieurs reprises, François Hollande a affirmé que la France s’opposait "à tous les chèques, toutes les ristournes, tous les rabais". Mais visiblement, celà n’a pas impressionné nos partenaires européens puisque Paris n’a pas obtenu de plafonnement de son propre rabais.

Et ce n’est pas David Cameron qui s’en plaindra ce mardi soir en recevant François Hollande.

P.C