BFM Business

L'hyperinflation du Venezuela décélère... à +3684% sur un an

-

- - HO - Venezuelan Presidency - AFP

Empêtré dans une grave crise économique, le pays est aussi durement touché par le coronavirus, qui rprovoque des pénuries dans tout le pays.

Le taux d'inflation annuel du Venezuela a quelque peu décéléré en mai, atteignant tout de même 3.684%, alors que l'inflation mensuelle s'est établie à 15,3%, a annoncé mardi le Parlement, seule institution contrôlée par l'opposition au président Nicolas Maduro.

Entre avril 2019 et avril 2020, les prix avaient connu une augmentation de 4.210% et de 80% entre mars et avril 2020, selon les chiffres du pouvoir législatif. 

D'après le député d'opposition Rafael Guzman, la décélération observée au mois de mai est due à une "chute de la consommation" des Vénézuéliens, affectés par la pire crise économique et sociale de l'histoire récente de leur pays. Les 30 millions de Vénézuéliens "ont chaque jour moins de moyens" financiers pour vivre, a affirmé l'élu lors d'une téléconférence.

Le Bolivar en chute libre

La Banque centrale du Venezuela a, elle, indiqué lundi que l'inflation mensuelle s'était montée à 38,6% entre avril et mai et avait donc accéléré par rapport à la période précédente où elle s'était établie à 27,5%.

La devise nationale, le bolivar, perd chaque jour un peu plus de sa valeur, entamant d'autant le pouvoir d'achat des Vénézuéliens qui n'ont pas accès au dollar, de plus en plus présent dans les transactions commerciales.

Fin avril, Nicolas Maduro a décrété une hausse de 77,7% du salaire minimum qui équivaut désormais à 4 dollars, à peine de quoi acheter un kilo de viande.

Selon le député Rafael Guzman, les Vénézuéliens doivent également encaisser une baisse des "remesas", les envois de devises de proches installés à l'étranger, à cause des mesures de confinement prises pour tenter d'enrayer la propagation du nouveau coronavirus dans le monde.

Pénuries en série

Le cabinet d'analyses Ecoanalitica estime entre 3,5 et 4 milliards de dollars le volume total des "remesas" envoyés l'an dernier vers le Venezuela. Ce chiffre pourrait fondre de 40% cette année en raison de la crise économique, selon les projections d'Ecoanalitica.

Le pays sud-américain est plongé dans une très grave crise économique. Alors que la pandémie de Covid-19 ne cesse de progresser en Amérique latine, le Venezuela connaît des pénuries de médicaments, d'essence et d'eau potable. 

Le président socialiste Nicolas Maduro attribue l'aggravation de la crise à une batterie de sanctions imposées par les États-Unis. L'opposition autour de Juan Guaido met en cause les mesures économiques du gouvernement et la corruption. 

TL avec AFP