BFM Business

L'Europe lutte contre l'évasion fiscale en ordre dispersé

L'Europe se lance en ordre dispersé dans la lutte contre l'évasion fiscale.

L'Europe se lance en ordre dispersé dans la lutte contre l'évasion fiscale. - -

Les déclarations et réunions au sein de l'Union européenne au sujet de la lutte contre les paradis fiscaux se multiplient. Mais tous les pays ne sont pas prêts à aller à la même vitesse.

Affaire Cahuzac, forum Offshore Leaks… La lutte contre les paradis fiscaux est plus que jamais d'actualité au sein de l'Union européenne... Mais tous les Etats membres ne sont pas encore en ordre de marche. Alors que nombre d'entre eux appellent à la levée du secret bancaire, la Suisse a plaidé, samedi 13 avril, pour la coexistence de plusieurs modèles en la matière.

Bern accorde sa faveur à l'échange d'informations à la demande, mais pas à l'échange automatique, a déclaré samedi la ministre suisse des finances dans une interview au journal Le Temps. C'est d'ailleurs "la norme", assure-t-elle. "Un standard international sur l'échange automatique d'informations n'est pas prêt de s'imposer tant que les places financières d'Amérique et d'Asie refusent un tel modèle", a-t-elle affirmé.

1.000 milliards d'euros détournés pas an

Le président du Conseil européen, Herman Van Rompuy, a chiffré vendredi le coût de l'évasion fiscale à 1.000 milliards d'euros par an. Il a aussi dit vouloir "saisir l'élan politique" sur ce thème en l'inscrivant au menu du sommet européen du 22 mai prochain à Bruxelles.

Dans le même temps, les pressions se multiplient auprès des pays européens qui pratiquent encore le secret bancaire, comme le Luxembourg et l'Autriche, ou qui abritent des paradis fiscaux à part entière. Avec plus ou moins de succès: Jean-Claude Juncker, le Premier ministre luxembourgeois, a accepté le principe de l'échange automatique d'information bancaire d'ici 2015. Le chancelier autrichien, social-démocrate, s'est dit prêt à en discuter. Mais sa ministre des Finances, conservatrice, se bat contre.

Cinq des pays les plus importants de l'Union européenne ont enclenché l'accélérateur sur ce sujet. La France, l'Allemagne, la Grande-Bretagne, l'Espagne et l'Italie réclament à la Commission européenne une nouvelle législation sur l'évasion fiscale, sur le modèle de la loi Fatca aux Etats-Unis. Le principe: toutes les banques du monde doivent fournir aux autorités américaines les informations bancaires des contribuables américains détenant plus de 50.000 dollars d'avoirs chez elles.

>> A lire aussi - notre dossier sur les paradis fiscaux

Nina Godart