BFM Business

L'astuce des Etats-Unis pour exporter du pétrole sans le dire

L'embargo sur les exportations de pétrole américain date des années 70

L'embargo sur les exportations de pétrole américain date des années 70 - Spencer Platt - Getty Images - AFP

Washington a autorisé l'échange de barils de brut américain contre du pétrole mexicain, rapportent plusieurs media dont Reuters et les Echos. Une façon de contourner la législation qui, depuis les années 70, interdit les exportations au nom de l'indépendance énergétique.

L'or noir américain semble faire un pas de plus vers l'export. Vendredi 14 août, l'administration Obama a décidé d'autoriser l'échange de barils de brut contre du pétrole mexicain, rapportent plusieurs médias dont les Echos et Reuters.

Cet aval survient huit mois après que la compagnie nationale pétrolière mexicaine Pemex (Petroleos Mexicanos) a indiqué vouloir échanger 100.000 barils par jour, soit environ 1% de la production américaine. Il aura donc fallu près d'un an pour que Washington cède.

Cet accord constitue une importante entorse à un embargo qui date des années 70 et interdit aux Etats-Unis d'exporter du pétrole, ce au nom de l'indépendance énergétique (avec toutefois une exception pour le Canada).

Une nouvelle donne

Néanmoins, depuis le vote de cette loi lors du premier choc pétrolier américain, l'explosion du pétrole de schiste a quelque peu modifié la donne, en augmentant considérablement la production de brut. Des voix se sont ainsi fait entendre pour réclamer un assouplissement. Des entreprises telles que Pioneer Natural Resources ou encore ConocoPhillips ont ainsi affirmé que ces restrictions à l'export et la surabondance de la production les obligent à vendre à un prix inférieur à celui du marché mondial, tirant ainsi les cours vers le bas, indique Reuters.

Ce qui a poussé l'exécutif à tout doucement contourner l'embargo. A l'été dernier, Washington avait déjà permis à Pioneer ainsi qu'à Entreprise Products Partners d'exporter du pétrole raffiné. Puis entre Noël 2014 et le 1er janvier 2015, l'embargo sur les exportations de condensat, un mélange d'hydrocarbures liquide et gazeux, a été levé, rappellent Les Echos.

Pour autant, selon les experts, la décision prise par l'administration Obama ne va pas clairement dans le sens d'une libéralisation totale des exportations de pétrole. Ainsi la mesure annoncée vendredi "reflète une simple lecture des règlements du Département du commerce et ne doit pas être interprétée comme un changement de politique vers une plus grande libéralisation des exportations", a déclaré à Reuters Jason Bordoff, directeur du centre sur la politique énergétique mondiale de l'Université Columbia.

J.M.