BFM Business

L’Arabie Saoudite se prépare à des mesures d'austérité

Le royaume saoudien termine l’année avec un déficit record de 98 milliards de dollars dû à l'effondrement des prix du pétrole. Pour redresser la barre en 2016, le pays envisage de nombreuses mesures d'austérité.

Conséquence directe de l’effondrement des prix du pétrole, l’Arabie Saoudite termine l’année avec un déficit budgétaire de 98 milliards de dollars. L'Arabie saoudite, première économie arabe, enregistre ainsi un déficit budgétaire pour la deuxième année consécutive depuis 2009. Si le royaume envisage une amélioration en 2016, le budget de l’Arabie Saoudite adopté lundi prévoit malgré tout un déficit de 87 milliards de dollars. 

En présentant le budget pour 2016, le ministère des Finances a précisé que le gouvernement saoudien allait reconsidérer les prix de l'électricité, de l'eau et des produits pétroliers, largement subventionnés dans le royaume, dans le cadre de mesures d'austérité pour faire face à la chute des revenus pétroliers. Lundi, l'Arabie saoudite a d'ores et déjà décidé d'augmenter jusqu'à 50% les prix de l'essence dans le cadre d'une révision des subventions.

De nouvelles taxes pour 2016

Le royaume saoudien entend aussi augmenter les taxes sur les services, imposer de nouvelles taxes et finaliser les "dispositions nécessaires pour l'introduction d'une TVA", en coordination avec les autres monarchies du Conseil de coopération du Golfe (CCG), a précisé le ministère. Le Fonds monétaire international (FMI) a demandé avec insistance ces dernières années aux pétromonarchies du Golfe de réduire les subventions et d'oeuvrer à une diversification de leurs économies.

Les prix du pétrole ont perdu plus de 60% de leur valeur depuis l'été 2014. Des analystes estiment que Ryad est en partie responsable de cette baisse des cours en raison de son insistance à défendre ses parts de marché plutôt que les prix.

C. B avec AFP