BFM Business
International

L'Allemagne va ajuster les seuils d'imposition par rapport à l'inflation

Le ministre des Finances allemand Christian Lindner à Stuttgart, dans le sud de l'Allemagne, le 6 janvier 2022

Le ministre des Finances allemand Christian Lindner à Stuttgart, dans le sud de l'Allemagne, le 6 janvier 2022 - THOMAS KIENZLE © 2019 AFP

Les seuils du barème de l'impôt sur le revenu et le montant des allocations familiales vont être revalorisés outre-Rhin, a annoncé le ministre des Finances, Christian Lindner. Un paquet de mesures qui vise à soutenir le pouvoir d'achat des Allemands face à l'envolée des prix.

Berlin va adopter une série de mesures fiscales en 2023 afin d'atténuer l'effet de l'envolée des prix sur le budget des ménages. C'est ce que le ministre allemand des Finances, Christian Lindner a annoncé mercredi, pendant une conférence de presse, avant de détailler le contenu de l'arsenal fiscal. Selon lui, le gouvernement est "contraint d'agir" face au renchérissement des prix, notamment ceux de l'énergie.

Le premier volet de ces mesures consistera à relever les seuils du barème de l'impôt sur le revenu, rapporte le Sueddeutsche. Par exemple, le premier seuil d'imposition de 10.347 euros, à partir duquel les contribuables allemands sont imposables, passera à 10.632 euros l'année prochaine et à 10.932 euros en 2024. Quant à la quatrième tranche, imposée à 42%, elle sera elle-aussi réévaluée et ne s'appliquera qu'à partir du seuil de 61.972 euros de revenu l'année prochaine, et de 63.515 euros en 2024.

En revanche, le gouvernement ne souhaite pas toucher au seuil de la dernière tranche d'imposition, imposée à 45%. Il considère qu'un tel allégement n'est pas nécessaire pour ce niveau de revenu.

10 milliards d'économies pour les contribuables

Ce réajustement du barème d'impôt vise également à compenser ce que le ministre des Finances appelle "l'effet multiplicateur", ou " la progression froide". Ces termes désignent l'effet contre-productif d'une hausse d'imposition consécutive à un augmentation de salaire -elle-même obtenue pour compenser les effets de l'inflation- qui diminue de fait le pouvoir d'achat du contribuable.

"Pour l'Etat, bénéficier (d'une augmentation des rentrées fiscales) au moment où la vie quotidienne est devenue plus chère (...) n'est pas juste et également dangereux pour l'économie", a-t-il admis lors d'une conférence de presse.

Ces mesures devraient alléger la note fiscale de 48 millions de citoyens allemands au total. Une économie pour ces contribuables que le gouvernement évalue à dix milliards d'euros dans l'année à venir.

Une revalorisation de l'allocation familiale

Quant au montant de l'allocation familiale, il sera lui aussi revu à la hausse. Actuellement fixée à 219 euros par mois pour le premier, le deuxième et le troisième enfant, cette prestation sera relevée à 227 euros dès l'année prochaine et à 233 euros en 2024. Pour l'arrivée du quatrième enfant, le montant de l'allocation restera inchangé à 250 euros. L'abattement fiscal, dont les familles avec enfants bénéficient, devrait lui aussi être revu à la hausse.

La crainte d'une poursuite de la hausse des prix

"Pour de nombreuses personnes, la vie quotidienne est devenue beaucoup plus chère. Nous redoutons une augmentation des prix du gaz, de l'énergie et des denrées alimentaires", a expliqué le ministre du gouvernement de coalition d'Olaf Scholz.

"Les perspectives économiques de notre pays sont également devenues plus fragiles et les pronostics de croissance économique doivent être revus à la baisse", a-t-il ajouté.

L'inflation a atteint 7,5% sur un an en juillet, en recul par rapport à juin mais elle se situe toujours à un très haut niveau en raison de la guerre en Ukraine.

Nina Le Clerre avec AFP