BFM Business

Israël : la high tech tire la croissance économique

Reflet d'un quartier d'affaire de Tel-Aviv dans les vitres d'un immeuble - Israël dispose de la deuxième plus grande concentration de start-up sur son sol, juste derrière la Silicon Valley

Reflet d'un quartier d'affaire de Tel-Aviv dans les vitres d'un immeuble - Israël dispose de la deuxième plus grande concentration de start-up sur son sol, juste derrière la Silicon Valley - -

Le pays, qui organise ses élections législatives ce 22 janvier, n’échappe pas au ralentissement économique mondial. Mais ses start-up continuent d’assurer un certain dynamisme.

Les élections législatives se tiennent ce mardi en Israël. La coalition de droite, dirigée par Benyamin Netanyahou est favorite dans les sondages. L'actuel Premier ministre devrait donc conserver son poste, en dépit des difficultés économiques auxquelles le pays est confronté.

La conjoncture mondiale pèse et la situation budgétaire est tendue. Mais un secteur continue de porter la croissance, celui de la high tech. Israël, terre de start up, est aussi appelée la "Silicon Valley bis". Sa première richesse, c’est sa matière grise.

Des investissements proportionnellement supérieurs à ceux des Etats-Unis

Israel ne dispose pas de ressources naturelles. Mais ses universités comptent parmi les meilleures du monde. Et Israël sait mettre à profit la qualité de ses ingénieurs, plus nombreux que dans n'importe quel autre pays développé.

Les moyens financiers sont là. Les investissements en capital-risque, en proportion du PIB, sont quasiment deux fois plus importants que ceux des Etats-Unis.

Et de par son histoire, l'état d'esprit de la population est porté vers l'entreprenariat. Partir de zéro et prendre des risques est un des éléments fondamentaux de la culture du pays.

Les chiffres sont éloquents : Israël dispose de la deuxième plus grande concentration de start-up, juste derrière la Silicon Valley. Et il occupe le deuxième rang derrière les Etats-Unis en nombre d'entreprises cotées au Nasdaq. Il en a une cinquantaine. C'est plus que tous les pays d'Europe réunis.

Dorothée Balsan