BFM Business

Donald Trump et Greta Thunberg à Davos : choc des générations et des cultures

Le plus célèbre forum économique mondial débute demain, en Suisse. Avec deux invités de marque : la jeune activiste suédoise et le président américain, que tout sépare sur la question climatique.

Ce sera le choc des générations et des cultures. D'un côté, Greta Thunberg, 17 ans, qui revient à Davos pour la deuxième année consécutive, pour sommer le monde des affaires d'agir face à l'urgence climatique. De l'autre, Donald Trump, qui interviendra le jour même où les sénateurs américains ouvriront son procès en destitution à Washington.

La 50ème édition du Forum économique mondial de Davos (Suisse) débute donc demain avec une forte connotation verte. La semaine dernière, le premier gestionnaire d'actifs au monde, Blackrock, a annoncé sa volonté d'investir dans les sociétés soucieuses du développement durable et de réduire ses participations dans celles générant plus de 25% de leur chiffre d'affaires à partir de la production de charbon thermique. Un virage écologique pour la finance qui va probablement se poursuivre, à Davos, même si tout le monde ne croit pas à cette prise de conscience.

Trump attendu au tournant

Reste que le chassé-croisé improbable entre Greta Thunberg et Donald Trump risque d'élargir un peu plus le fossé idéologique sur la question. La semaine dernière, le patron de Total, Patrick Pouyanné, rappelait que la transition écologique "prendrait du temps" pour aboutir. "Le débat est aujourd'hui quand même beaucoup trop manichéen, trop faussé", expliquait-il lors d'une conférence organisée par Euronext. "Les énergies fossiles représentent 90% du mix énergétique mondial aujourd'hui. On ne va pas faire disparaître tout ça d'un coup de baguette magique".

Donald Trump, qui a sorti les Etats-Unis de l'Accord de Paris et n'a jamais caché son scepticisme sur la question écologique, sera attendu au tournant sur ce sujet.

Mais son discours interviendra aussi dans un contexte de tension exacerbée avec Téhéran. Le ministre iranien des Affaires étrangères, initialement attendu à Davos, a finalement annulé sa venue, mais le président irakien lui sera présent.

Egalement au menu du Forum économique : la guerre commerciale avec l'Europe et la Chine, la taxe sur les géants du numérique instaurée par Paris et qui peine à déboucher sur un accord entre la France et Washington.

Mais en réalité, c'est aux électeurs américains que s'adressera Donald Trump, en pleine campagne électorale. Et sa priorité numéro, en matière de politique internationale, cela reste toujours "America First".

Thomas Leroy avec Delphine Liou