BFM Business

Chypre va demander une aide "non financière" à l'Europe

10 milliards d'euros seront versés par Chypre par l'Union européene et le FMI, la question est de savoir si ce montant peut être plus élevé

10 milliards d'euros seront versés par Chypre par l'Union européene et le FMI, la question est de savoir si ce montant peut être plus élevé - -

Nicos Anastasiades a déclaré, ce vendredi 12 avril, que son pays allait demander à ses partenaires européens d'avantage d'aide à ses voisins. Un diplomate a ensuite du préciser qu'il ne s'agit pas de réclamer plus d'argent.

Couac de communication pour Chypre. Ce vendredi 12 avril, son président, Nicos Anastasiades, a indiqué qu'il "allait demander une aide supplémentaire" à ses partenaires européens. Il a affirmé avoir déjà parlé au commissaire européen aux Affaires économiques, Olli Rehn, alors que les ministres des Finances de la zone euro sont réunis, ce vendredi, à Dublin, pour notamment finaliser le plan de sauvetage à destination de l'île.

Nicoas Anastasiades a également indiqué qu'il allait écrire au président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, et au président du Conseil européen, Herman Van Rompuy.

Très vite, il a pu sembler que Chypre allait reclamer plus d'argent à ses partenaires européens. Mais, quelques minutes plus tard, un diplomate cité par l'AFP que le pays souhaitait, en fait, une aide renforcée de la part de la Commission européenne.

Dans la foulée, Berlin, a encore enfoncé le clou en assurant qu'il n'était pas question d'augmenter l'aide internationale de 10 milliards d'euros.

23 milliards d'euros de besoin de financement

Le pays a revu à la hausse, jeudi 11 avril, ses besoins de financements pour remettre à flot l'économie, qui sont passés de 17 milliards d'euros à 23 milliards d'euros.

Sur ce total, l'Union européenne et le FMI n'accorderont une aide qu'à hauteur de 10 milliards, le reste devant être trouvé par Chypre elle-même, via un programme d'austérité et la restructuration de son secteur bancaire.

Ce vendredi, le ministre luxembourgeois des Finances, Luc Frieden, avait déjà prévenu, avant la réunion de l'Eurogroupe, que "l'idée est de s'en tenir à 10 milliards d'euros".

A lire également-

> Notre dossier sur la crise chypriote

J.M. avec AFP