BFM Business

Chypre dévoile son plan d'austérité

Chypre va également relever la TVA et privatiser et conduire un vaste programme de privatisation

Chypre va également relever la TVA et privatiser et conduire un vaste programme de privatisation - -

Le pays a dévoilé, ce mardi 2 avril, les mesures qu'il va mener, en contrepartie de l'aide accordée par l'Europe et le FMI. L'impôt sur les sociétés va ainsi être relevé de 10 à 12,5%.

L'heure est désormais au redressement pour Chypre. L'île a bénéficié d'un plan de sauvetage de 10 milliards d'euros de la part de la troïka (Union européenne, banque centrale européenne et FMI).En contrepartie, le pays va devoir mener à bien plusieurs objectifs pour redresser ses finances publiques.

Ce mardi 2 avril, l'agence Reuters a dévoilé les termes de l'accord noué entre la troïka et Nicosie à ce sujet.

Tout d'abord Chypre va devoir tenir la feuille de route suivante: ramener le déficit primaire, c’est-à-dire le déficit hors charge de la dette, à 2,4% du PIB pour cette année. Puis, pour 2014, le gouvernement ne devra pas laisser déraper ce déficit à plus de 4,25%. Ensuite, d'ici à 2016, un excédent primaire devra être dégagé, à 1,2% du PIB.

Avant cette annonce, le porte-parole du gouvernement, Christos Stylianides, avait indiqué que les créanciers publics de Nicosie avaient décidé de faire preuve de clémence. L'île aura ainsi jusqu'à 2018 pour dégager un excédent primaire ambitieux, à 4% de son PIB. Auparavant, l'échéance retenue était 2016.

Les mesures qui doivent permettre au pays de traquer les économies

Pour réussir à remplir ces différents objectifs, le pays va prendre plusieurs mesures:

> L'impôt sur les sociétés, actuellement à 10%, va être relevé à 12,5%. Par ailleurs, les taxes sur les intérêts et les dividendes seront, elles aussi augmentées, pour atteindre 30%. Selon la Maison des Français de l'étranger, le taux applicable jusqu'ici était de 15% pour les dividendes et de 10% pour les intérêts.

> Les retraites du secteur public seront gelées et l'âge de départ à la retraite va être reporté de deux ans.

> Le taux de TVA va être relevé, de même que les taxes sur le tabac, l'alcool et les carburants. Mais pour le moment, l'ampleur de cette hausse n'est pas connue.

> Un vaste programme de privatisations va être conduit, de sorte à rapporter 1,4 milliard d'euros sur la période 2013-2016. Sont notamment concernés les télécoms, les ports et les compagnies d'électricité.

La démission du ministre des Finances

Outre ces mesures, le pays devra évidemment mener à bien la restructuration de son imposant secteur bancaire, qui prévoit notamment la mise en faillite de la seconde banque du pays, Laïki Bank.

Le pays doit en grande partie son naufrage au secteur financier. Les actifs bancaires pèsent ainsi pour huit fois le PIB du pays. A ce titre, une enquête va être menée pour identifier les responsables de la crise.

Cette initiative a poussé le ministre des Finances du pays, Michael Sarris, à démissionner. Celui-ci avait, en effet, été à la tête de la Laïki Bank jusqu'à août 2012.

> A lire également:

- Notre dossier sur la crise chypriote

J.M. avec Reuters