BFM Business

Bangladesh: les "ateliers de misère" gardent l'Europe pour cliente

Les civils viennent épauler les secouristes pour extraire des victimes des décombres à Dacca au Bangladesh

Les civils viennent épauler les secouristes pour extraire des victimes des décombres à Dacca au Bangladesh - -

T-shirt, pantalon, pulls, le pays est l'un des premiers fournisseurs textile de l'Europe. Ses usines sont souvent insalubres mais les conditions de sécurité pèsent peu face à leur avantage compétitif.

Le grave accident qui a eu lieu le 25 avril dans une usine au Bangladesh pose à nouveau la question de la responsabilité des groupes de textile occidentaux. Un immeuble qui abritait des ateliers de confection s'est effondré. Le bilan s'élève à plus de 200 morts. Une journée de deuil national a été décrétée.

Pour l'instant, deux enseignes européennes ont reconnu avoir passé des commandes dans ces ateliers. Des sociétés qui sont régulièrement pointées du doigt pour leur négligence, mais qui continuent à y trouver leur compte, et de loin.

Le Bangladesh a vendu 1,3 milliard de T-shirts aux pays européens l'an dernier. Le pays est aussi le 2ème fournisseur en pulls et en pantalons. Des vêtements fabriqués dans les milliers d'usines textile du pays, souvent insalubres. Mais ces conditions de sécurité pèsent peu face à leur avantage compétitif sans commune mesure.

Un salaire mensuel compris entre 40 et 50 euros

Rien qu'au niveau du coût du travail. Le salaire mensuel d'un ouvrier se situe entre 40 et 50 euros. Les salaires chinois, en nette hausse, sont deux à trois fois supérieurs. Le calcul est donc vite fait pour les clients. Certes, un accident écorne pour un temps leur réputation, mais s'ils communiquent bien, l'impact est quasi-nul, explique un expert de l'industrie textile.

C'est ce qu'a fait H&M par exemple. Après une série de grèves, le patron de l'enseigne avait demandé aux autorités du Bangladesh de relever le salaire minimum. D'autres, tentent de mettre en place des codes de bonne conduite. Au final, aucune société occidentale ne s'est officiellement retirée du pays.

Isabelle Gollentz