BFM Business

Geoffroy Roux de Bézieux: les entrepreneurs "prennent les aides qu'on leur donne mais ils veulent surtout bosser"

Geoffroy Roux de Bézieux, président du Medef, était l'invité ce lundi soir du Grand Journal de l'Eco sur BFM Business.

Selon les dernières prévisions de l'Insee, le reconfinement devrait coûter à l'économie française 12% de son PIB en novembre. Néanmoins, "il y a une chose que ni moi ni Bruno Le Maire ni personne d'autre ne sait, c'est l'effet de halo sur le reste de l'économie", a estimé Geoffroy Roux de Bézieux, président du Medef, qui était l'invité ce lundi soir du Grand Journal de l'Eco sur BFM Business.

"Quand vous fermez les magasins de jouets, les fabricants de jouets, au bout d'un moment, ne vont plus produire. Quand vous fermez les concessions automobiles, les fabricants d'automobiles subissent le contrecoup un mois, deux mois, trois mois après. Ce qu'on ne sait pas, c'est l'effet de psychologie collective sur les décisions d'embauche, d'investissements (…). Tant qu'il n'y a pas de stratégie de long-terme, de visibilité, c'est forcément un problème (…). C'est ce qui manque aujourd'hui", estime le président du Medef, pour qui "l'effet de halo est très difficile à calculer".

"On a besoin que les commerces ouvrent"

Ce qu'on demande au gouvernement, c'est d'abord de la visibilité (…). On a besoin que les commerces ouvrent. Je ne suis pas de ceux qui demandent des aides supplémentaires éternellement. Les adhérents [du Medef] veulent travailler. Ils prennent les aides qu'on leur donne, mais ils veulent surtout bosser", a assuré Geoffroy Roux de Bézieux.

Concernant le plan de soutien, "les trous dans la raquette, c'est plutôt les PME. Le fonds de solidarité a été très bien conçu (mais) c'est un fonds pour des indépendants, qui va jusqu'à 10.000 euros (…). Quand on est une PME de 30, 40, 50 personnes, 10.000 euros pour une entreprise qui fait 7,8,9 millions d'euros de chiffre d'affaires, ça ne couvre pas. Pour des sociétés qui sont au-dessus de 50 employés, avec des chiffres d'affaires de 10 ou 15 millions, il n'y a pas de système", a poursuivi le président du syndicat patronal, citant l'exemple de petits groupes hôteliers.

J. B