BFM Business

Face à l'explosion du Covid en Inde, Pfizer va proposer au pays son vaccin à prix coûtant

Le corps d'une personne décédée du Covid-19 est installé pour la crémation, le 22 avril 2021 à New Delhi, en Inde

Le corps d'une personne décédée du Covid-19 est installé pour la crémation, le 22 avril 2021 à New Delhi, en Inde - SAJJAD HUSSAIN © 2019 AFP

Le pays qui enregistre des niveaux records de contamination doit accélérer sa campagne de vaccination alors que seuls 8% des Indiens ont pour l'heure reçu une dose.

L'Inde est submergée par la seconde vague du Covid. Le pays qui avait été relativement épargné en 2020 a enregistré ce mercredi plus de 300.000 nouveaux cas en une journée (un record mondial) et déplore plus de 2000 morts quotidiennement depuis plusieurs jours.

Pour accélérer la vaccination, le laboratoire Pfizer va fournir des vaccins au pays. L'Américain serait entré en discussion avec le gouvernement pour proposer son vaccin à prix coûtant, selon Reuters comme il le fait dans certains pays.

Des doses vendues à prix coûtant

Comme l'a expliqué la semaine dernière Albert Bourla, le PDG de Pfizer, la société pratique des prix différenciés selon les pays.

Ces vaccins ont un prix inestimable, en milliers de milliards de dollars, ils sauvent des vies humaines, ils permettent de rouvrir les économies, mais nous les vendons au prix d'un repas…, explique Albert Bourla dans Les Echos. Dans ces pays, les prix peuvent être un peu différents selon les volumes. Dans les pays à revenu intermédiaire, nous le vendons à la moitié de ce prix. Et dans les pays à faible revenu, en Afrique par exemple, nous le distribuons à prix coûtant".

Si le laboratoire américain ne communique pas sur les tarifs négociés avec les différents Etats, le prix payé par les pays riches se situerait entre 15 et 20 euros la dose selon les volumes. Les doses seraient donc proposées pour moins de 10 euros dans les pays intermédiaires et donc encore moins dans les pays à faible revenu où ils seraient vendus à prix coûtant.

Avec plus de 132 millions de doses déjà injectées, l'Inde est un des pays qui a le plus vacciné depuis le début de la pandémie. Mais rapporté à la taille de sa population (1,36 milliard d'habitants), cette campagne de vaccination n'a concerné que 8,3% de la population (et 1,4% seulement qui ont reçu les deux doses).

Des pénuries de vaccins

Le pays habitué aux grandes campagnes de vaccination avait pourtant démarré celle-ci en trombe. Début avril, l'Inde déclarait ainsi être "le pays le plus rapide du monde" à atteindre les 100 millions d'injection. Il ne lui avait fallu que 85 jours pour atteindre ce seuil contre 89 pour les Etats-Unis et 102 pour la Chine.

Mais depuis le pays doit faire face à des pénuries de vaccins et son objectif de 250 millions de personnes vaccinées en juillet semble difficilement atteignable.

L'Inde a besoin d'administrer 10 millions de doses par jour au lieu de se contenter de trois millions", explique ainsi à la BBC Bhramar Mukherjee, biostatisticien à l'Université du Michigan.

Avec l'arrivée du vaccin Pfizer, le pays disposerait de beaucoup plus de doses pour accélérer sa campagne. Le pays ne vaccine aujourd'hui qu'avec le serum d'AstraZeneca (dont il a interdit les exportations) ainsi qu'avec celui de la société indienne Bharat Biotech. Le vaccin russe Spoutnik V a été approuvé début avril par les autorités sanitaires indiennes, mais jusqu'à présent les quantités produites restent encore limitées.

Frédéric Bianchi
https://twitter.com/FredericBianchi Frédéric Bianchi Journaliste BFM Éco