BFM Business

Pourquoi les Français épargnent-ils ?

-

- - -

L’immobilier est pour les Français, toujours considéré comme le placement le plus intéressant. Il devance de peu, en 2019, l’assurance vie.

En France, contrairement à quelques idées reçues, le logement n’est pas, selon la dernière enquête du Cercle de l’Epargne / Amphitéa, l’objectif numéro 1 des épargnants. Il arrive loin derrière la constitution d’une épargne de précaution et d’une épargne en vue de la retraite. Cette affirmation doit être corrigée.

En effet, le lien entre épargne et immobilier se détend pour les propriétaires ayant remboursé leurs emprunts. Or, en France, 38 % des ménages sont dans cette situation. En revanche, pour les jeunes, l’achat du logement est un facteur important de l’épargne.

-
- © -

Tout le monde épargne par précaution. Mais les jeunes épargnent avant tout pour s’acheter un logement. Les 55/64 ans assez logiquement épargnent pour leur retraite. Les retraités épargnent par précaution mais aussi pour leur retraite et évidemment pour leur succession.

-
- © -

L’immobilier est pour les Français toujours considéré comme le placement le plus intéressant. Il devance de peu, en 2019, l’assurance vie. Ces deux placements surclassent tous les autres. Il est à souligner que trois quarts des Français estiment le Livret A inintéressant quand pourtant ce produit enregistre une forte collecte et de bat record sur record en ce qui concerne son encours.

-
- © -

Le score des actions est assez étonnant. La proportion de Français considérant ce placement comme intéressant est passée de 2016 à 2019 de 29 à 40 % (+11 points). La chute de la bourse en 2018 (-10,95 % indice CAC 40) n’a pas conduit à un renversement de la tendance constatée ces dernières années. L’idée que les actions, sur longue période, génèrent un rendement supérieur aux autres classes d’actifs semble être prises en compte par l’opinion publique. Cependant, l’augmentation de la collecte en unités de compte et le très léger frémissement sur les Plans d’Épargne en Actions constatés en 2018 restent très en-deçà de l’amélioration de l’image des actions. Le passage à l’acte reste à réaliser.

26 % des Français jugent le Livret A intéressant en 2019 contre 19 % en 2016. Cette augmentation de 7 points intervient au moment où le rendement réel est négatif de plus d’un point. La garantie en capital et la liquidité comptent plus que le rendement. Le Livret A par sa simplicité constitue un vecteur d’épargne familier.

-
- © -

La rentabilité se distingue de l’intérêt perçu en se concentrant sur la notion de rendement financier quand le second recouvre une notion plus large (intérêt de la nature du produit en soi, pour l’épargnant ou pour la société).

-
- © -

L’immobilier toujours en tête

En termes de rentabilité, l’immobilier conserve en 2019 sa première place avec 41 % des sondés qui le citent. La pierre demeure une valeur refuge qui en outre bénéficie de nombreux dispositifs d’incitation fiscale. La forte augmentation des prix de l’immobilier dans de nombreuses grandes villes permet aux acquéreurs d’espérer des plus-values. Il n’en demeure pas moins que les investisseurs dans l’immobilier appréhendent assez mal la rentabilité de leur placement. L’assurance vie arrive en 2e position.

30 % des ménages jugent aucun placement rentable

Comme en 2018, 30 % des ménages jugent qu’aucun placement n’est rentable. Cela se traduit notamment par l’augmentation des dépôts à vue dont l’encours dépasse 422 milliards d’euros au 4e trimestre. En un an, l’encours a augmenté de 32,4 milliards d’euros. En dix ans, cet encours a augmenté de 172,4 milliards d’euros.

Philippe CREVEL