BFM Business

Quel paysage des marchés bancaires à dix ans?

l'analyse de Guillaume Alméras, fondateur du site de veille et de conseils Score Advisor.

l'analyse de Guillaume Alméras, fondateur du site de veille et de conseils Score Advisor. - Damien Meyer - AFP

[TRIBUNE] Les banques françaises ont encore quelques années devant elles pour se préparer à la concurrence des plateformes, comme la fintech suédoise Klarna: l'analyse de Guillaume Alméras, fondateur du site de veille et de conseils Score Advisor.

Comment la Banque postale voit-elle les dix prochaines années? Tranquilles! A suivre son plan stratégique 2030, récemment présenté, la Banque postale aura peu changé, en effet, d’ici cinq à dix ans.

Elle aura renforcé son produit net bancaire (+3% par an d’ici 2025). Elle maitrisera mieux ses coûts (un coefficient d’exploitation ramené de 70% à 60%) et elle se sera peut-être un peu développée à l’international. Tout cela sera en continuité par rapport à ses activités actuelles: équiper ses clients, à travers son réseau fourni d’agences. Renforcer sa présence auprès de certains segments de clientèle, comme les entreprises. Diversifier ses revenus, notamment avec le crédit à la consommation. Enfin, la Banque postale s’attachera à "préparer la banque de demain: vers un modèle innovant, partenarial et international". D’ailleurs, l’établissement a déjà lancé sa propre néo-banque, Ma French Bank, qui vise 1,3 million de clients en 2025.

Pratiquement le même jour de la présentation de ses résultats et de sa stratégie par la Banque postale, on apprenait que la fintech suédoise Klarna, spécialiste du paiement fractionné et créée (mais de rien) la même année que la Banque postale, était valorisée 31 milliards $ à l’occasion de sa dernière levée de fonds.

Partie de Suède, Klarna a déjà servi 90 millions de clients dans le monde (avec 3.500 collaborateurs!), notamment aux Etats-Unis, qui sont en passe de devenir son premier marché devant l’Allemagne. Et alors que quelques nuages noirs commencent à peser sur les paiements fractionnés, Klarna diversifie ses revenus à toute vitesse. En capitalisant sur ce qui a fait son succès: un déploiement international en réseau, en partenariat et en ligne.

Cette formule est le propre des principaux acteurs financiers désormais. Le CFTE (Centre for Finance, Technology & Entrepreneurship) le souligne: cinq des dix premières institutions financières aujourd’hui sont des plateformes. Et de produire les évolutions sur dix ans des principales capitalisations du secteur:

Evolution du top 10
Evolution du top 10 © CFTE

On le voit, depuis dix ans, les simples banques ont commencé à être chassées des premières places, sauf trois Chinoises, portées par le dynamisme de leur économie, et deux Américaines. Les cinq autres sont effectivement des plateformes ou sont encore plutôt et pour l’essentiel, pour trois d’entre elles, des réseaux de paiements. Parmi les cinq, les deux chinoises Ant Group (Alibaba) et Tencent ont la trajectoire la plus rapide et la plus impressionnante. Car, filiales de géants de l’internet, ce sont effectivement des plateformes au sens fort: des réseaux qui sont en train de devenir pleinement des banques. Comme si Google s’alliait à Bank of America et Facebook à JP Morgan Chase. Ce qui, à cinq ou dix ans, pourrait bien finir par se produire !

C’est que l’enjeu est aussi simple que gigantesque: mettre en place les principaux réseaux digitaux de distribution des produits financiers. Pour y parvenir, Ant Group et Tencent ont fourni un premier outil: les super-app. Paypal, justement, y travaille. Cela signifie un modèle ouvert d’open banking. A la faveur duquel, comme l’illustre déjà Klarna, de nouveaux géants partenaires vont également apparaitre. A l’instar de ce qui a eu lieu avec le commerce en ligne, le terrain de jeu sera international et la capacité à monter rapidement en taille décisive.

D’ores et déjà, la différence d’échelle parait telle entre la plupart des établissements financiers classiques et les mastodontes du tableau ci-dessus - qui semblent n’avoir plus guère de limite en termes de moyens - que cela invite à se demander si tous jouent encore dans la même cour !

Pourtant, lors des dix prochaines années, tous vont se rencontrer sur les mêmes marchés. Le jeu est notamment en train de commencer en Inde.

Toutefois, à l’exception du Royaume-Uni et de l’Allemagne, les pays européens ne seront sans doute pas les plus immédiatement concernés. De sorte que les banques françaises peuvent bien encore compter sur quelques années tranquilles. Les dernières!

Guillaume Alméras, fondateur du site de veille et de conseils Score Advisor