BFM Business

Yamaha veut faire de l'ombre à la Smart

Hiroyuki Yanagi, PDG de Yamaha Motor, veut répondre aux besoins de consommateurs européens.

Hiroyuki Yanagi, PDG de Yamaha Motor, veut répondre aux besoins de consommateurs européens. - Yoshikazu Tsuno - AFP

Dès 2019, le fabricant japonais compte produire en Europe des voitures à deux places peu énergivores. Le lieu n'a pas encore été défini.

Yamaha compte bien concurrence la Smart de Daimler. Le deuxième fabricant mondial de deux-roues prévoit, en effet, de produire en Europe des voitures à deux places à compter de 2019, se posant en nouvel entrant sur un marché jugé prometteur, a annoncé au quotidien Nikkei son PDG.

Il s'agira de petits modèles peu énergivores qui devraient répondre aux besoins croissants des consommateurs européens, selon les propos (cités au style indirect) de Hiroyuki Yanagi qui dirige Yamaha Motor depuis 2010.

Cette firme, connue pour ses motos, scooters et moteurs de hors-bords notamment, deviendra ainsi le neuvième constructeur japonais de voitures, suivant ainsi, mais avec un demi-siècle d'écart, la voie de Honda qui avait ajouté les automobiles à ses deux-roues en 1963.

Petits véhicules pour des courtes distances

Yamaha Motor avait déjà dans le passé exprimé son intention d'entrer sur le marché des voitures, mais c'est la première fois qu'une date et un lieu sont énoncés. Yamaha prévoit d'investir plusieurs dizaines de milliards de yens (centaines de millions d'euros) pour construire deux lignes de production en Europe, en un lieu non encore défini.

L'idée est de proposer des petits véhicules pour des courtes distances fonctionnant à l'essence ou à l'électricité, en mettant à profit tout le savoir-faire acquis pour les deux-roues.

Les moteurs à essence seront conçus et produits par Yamaha et les véhicules assemblés par lui-même également. Pour les versions électriques, la motorisation sera fournie par un tiers. Yamaha fabrique en fait déjà des moteurs de voitures dans le cadre d'une collaboration avec son compatriote Toyota initiée dès 1964.

D. L. avec AFP