BFM Business

Y a-t-il eu "trafic d’influence" pour modifier le tracé ?

La LGV qui doit relier Bordeaux à la frontière espagnole, fait des vagues...

La LGV qui doit relier Bordeaux à la frontière espagnole, fait des vagues... - -

Reprochant à un conseiller de Christine Lagarde d’avoir abusé de ses pouvoirs pour faire modifier le tracé de la ligne à grande vitesse dans les Landes, une association a déposé plainte.

Une plainte pour "trafic d'influence" a été déposée auprès du procureur de la République de Mont-de-Marsan (40), après la modification dans les Landes du tracé de la ligne à grande vitesse (LGV) devant relier Bordeaux à la frontière espagnole. L'association "LGV, les voix du fuseau nord" considère qu’un conseiller de la ministre de l’Economie Christine Lagarde, dont la famille possède une maison dans la commune d’Uchacq-et-Parentis, a influencé plusieurs responsables sur le choix du tracé.

Un mail envoyé par erreur à l’association

L’association reproche à ce conseiller de Bercy d’avoir arrangé une réunion à Paris entre Réseau Ferré de France (RFF) et les 4 maires mécontents du premier tracé, usant de son influence et de ses relations de manière à modifier le fuseau pour usage personnel. Des informations qui devaient rester confidentielles entre RFF, Matignon et le cabinet de Dominique Bussereau, sont arrivées en copie - par erreur - dans la boîte mail de Robert Tauziat, secrétaire de l'association à l’origine de la plainte : « nous possédons des emails concernant les échanges entre le membre du cabinet de madame Lagarde, le Premier ministre, le cabinet de monsieur Bussereau et RFF. J’ai reçu des emails qui normalement ne m’étaient pas destinés et qui ont fini de me convaincre qu’il y avait une intrigue très importante sur ce sujet et qui allait nous pénaliser. »

« La France des réseaux, contre celle qui n’en a pas »

« Optimiste » quand à l’issue de cette plainte, l'avocat de l’association, Maître Adrien Ville, dénonce dans cette affaire, « la France des élites, des réseaux, contre celle qui n’en a pas et qui est condamnée par ses mêmes élites, à se soumettre et à subir. »

« Ils se sont débarrassées de cette "patate chaude" »

Dominique Rat habite à Geloux, une commune voisine, qui, contrairement à ce qui avait été prévu et dit par les élus locaux, sera partagée en deux par le tracé de la LGV. En colère, il explique : « En trois jours, nous avons brutalement appris que de zéro, nous passions à tout un fuseau qui passait dans la commune, avec 25 à 30 maisons d’impactées. Et tout ça parce que derrière, il y a eu un trafic d’influence d’un certain nombre de personnes, qui se sont débarrassées de cette "patate chaude", disant : on n’en veut pas chez nous, on le pousse chez le voisin, à 2-3 kilomètres ! »

Le conseiller, simple boîte aux lettres...

Malgré les nombreuses sollicitations du correspondant de RMC dans le sud-ouest, le conseiller de Bercy n’a pas donné suite. Hier mercredi, le maire d’Uchacq et Parentis s’est dit serein. Selon lui, il n’y a pas eu trafic d’influence, le conseiller a simplement servi de boîte aux lettres…

La Rédaction, avec Jean-Wilfrid Forquès