BFM Business

Voies sur berge piétonnes à Paris: inauguration d'un projet très contesté

La rive gauche des quais de Seine à Paris, le 19 juin 2013.

La rive gauche des quais de Seine à Paris, le 19 juin 2013. - -

Dans la continuité de Paris Plage, depuis 11 ans, et des aménagements de la rive droite, depuis septembre, le maire de Paris Bertrand Delanoë inaugure mercredi sur la rive gauche de la Seine un espace de promenade et de loisirs de 4,5 hectares.

Rendre la Seine aux amoureux de Paris. Promesse de campagne du candidat Delanoë en 2008, le réaménagement des voies sur berge de la rive gauche représente l'un des projets les plus controversés de la mandature: le nouvel espace, situé au cœur de Paris, entre le Pont de l'Alma et le Musée d'Orsay, a été conquis grâce à la fermeture à la circulation sur 2,3km de la voie express rive gauche.

Associations d'automobilistes et représentants du monde économique, relayés par la droite parisienne et Rachida Dati, maire UMP du VIIe arrondissement, ont dénoncé à l'unisson des aménagements sources d'embouteillages et de pollution. Le projet avait même été bloqué par le précédent gouvernement, soucieux de ne pas entraver le dynamisme économique de la métropole.

La fermeture des quais rive gauche, effective depuis le 28 janvier et le début des travaux, n'a cependant "pas engendré de problème majeur", a souligné Bertrand Delanoë dans une interview au Journal du Dimanche. L'édile parisien a fait de la diminution de place de l'automobile dans la ville un de ses principaux combats. Le temps de parcours des automobilistes a été rallongé de sept minutes, dans la ligne des prévisions, a précisé sa première adjointe Anne Hidalgo.

"Les quais de Seine sont un des plus beaux endroits du monde, classés au patrimoine mondial de l'humanité", a plaidé le maire de Paris. "La droite n'a rien trouvé à faire que de les transformer en une autoroute urbaine. Elle persiste aujourd'hui dans cette position en refusant tout nouvel aménagement. Nous, nous devons corriger les fautes commises contre la beauté de Paris".

"Un des plus beaux endroits du monde"

Comme d'autres métropoles françaises ou mondiales (Bordeaux, Lyon, Nantes, Madrid, Berlin, New York), Paris a entrepris depuis plusieurs décennies déjà de se réapproprier son fleuve. Dès 1978, une charte d'aménagement affirmait la vocation de lieu de promenade des rives de Seine. Le bassin de l'Arsenal, le port de la Tournelle, le jardin Tino Rossi, sont quelques-unes des réalisations des années 1980.

Elu en 2001, Bertrand Delanoë a donné une nouvelle ambition à cette politique, en s'attaquant aux voies rapides construites sur les berges dans les années 1960.

En 2002, Paris Plage a fait l'effet d'un électrochoc, en rendant pendant un mois de l'année aux Parisiens la voie express Georges-Pompidou. Entrecoupée de feux tricolores et de passages piétons, celle-ci a depuis le mois de septembre été transformée en boulevard urbain sur 3,1km. Une promenade d'1,5km a été aménagée de l'Hôtel de Ville au Port de l'Arsenal.

Kiosques, "via ferrata" et jardin flottant

Le projet de la rive gauche revêt une autre dimension, en créant un vaste espace de 4,5 hectares dédié au sport, à la nature et à la culture. En contrebas du musée d'Orsay a été monté un escalier d'acier et de bois reliant le quai haut et le quai bas, qui offre un point de vue unique sur la Seine. Il pourra servir de gradins pour assister à des spectacles donnés sur le fleuve.

À l'opposé du site, un jardin flottant composé de cinq îles a pris place au port du Gros Caillou. Il permettra aux curieux de se promener au plus près de l'eau, tout en observant la faune et la flore caractéristiques des bords de fleuve. La culée du Pont Alexandre III doit accueillir à la fin de l'été un restaurant baptisé le "Faust". Quatre nouvelles péniches seront amarrées, proposant restauration, spectacles ou croisières.

Une piste d'athlétisme, une mini "via ferrata" et des agrès ont été installés pour les sportifs et les enfants. Des kiosques pourront être réservés pour des réunions amicales, et des animations variables en fonction des saisons seront proposées tout au long de l'année.

Une activité logistique pourra prendre place au port du Gros Caillou. Le coût d'aménagement des berges sur les deux rives est estimé à 35 millions, et le coût de fonctionnement annuel à 5 millions d'euros.