BFM Business

Un vol transatlantique à 14 euros chez Ryanair? Revenons sur terre…

Michael O’Leary, PDG de Ryanair, s’étonne du bruit qu’a fait cette annonce.

Michael O’Leary, PDG de Ryanair, s’étonne du bruit qu’a fait cette annonce. - Jan Woitas (AFP)

Contrairement à ce que promettait la compagnie low-cost, il n’y aura pas de vols de l’Europe vers les États-Unis en 2019, et s’il y en avait, ils ne seraient pas à 14 euros. Hélas…

Ca a failli être la révolution dans les transports aériens et, beaucoup ont pensé que Ryanair, la compagnie low cost en était capable. Dans un communiqué, elle promettait des vols de l’Europe vers 14 villes des États-Unis à 14 euros, dès 2019.

En fait, la Saint-Patrick a eu son petit effet chez les dirigeants de la société irlandaise. Et pour clore le sujet, Michael O’Leary, PDG de Ryanair, a simplement lâché au New York Times : "We screweed up !", qui, en français signifie : on a foiré !

Il aura tout de même fallu trois jours à la compagnie pour rectifier le tir. Elle est d’abord revenue sur son ambition de vols vers les Etats-Unis. Dans un communiqué, elle avoue que son conseil d’administration n’a pas "étudié" le projet et, par conséquent ne l’a pas "validé".

Mais une question se pose. Comment une telle annonce a pu être publiée sans contrôle ? Pour O’Leary, qui s’étonne un peu naïvement du bruit qu’a fait cette annonce, il s’agit d’une erreur imputable au service de communication du groupe.

Reste que le communiqué n’a pas été validé par les dirigeants qui ont mis trois jours pour faire un rectificatif. Sur ce dernier point, le PDG reconnait avoir été "un peu lent… au goût de certains".

Pascal Samama