BFM Business

Uber augmente ses tarifs en France

Certains tarifs d'Uber vont augmenter de 20%.

Certains tarifs d'Uber vont augmenter de 20%. - Eliot Blondet - AFP

La filiale française de la société de VTC a averti ses clients que sa tarification allait faire l'objet d'une revalorisation à compter du 8 décembre prochain. Une augmentation destinée à mieux rémunérer ses chauffeurs.

"Pour permettre à vos chauffeurs de faire face à l’augmentation de leurs coûts ces derniers mois, liée notamment aux nouvelles réglementations du secteur VTC, la tarification de vos courses proposée sur uberX et Van va légèrement augmenter à partir du 8 décembre." Voilà le message reçu par les utilisateurs français de la société Uber, jeudi 1er décembre.

Le prix minimum d’une course va ainsi augmenter de 20%. Il passe de 5 à 6 euros. Même hausse en ce qui concerne le prix de base, qui sera désormais de 1,20 euro au lieu de 1 euro. Le temps passé à l'arrêt, notamment dans les embouteillages, sera facturé 0,30 euro la minute et non plus 0,25 euro. Seul le prix au kilomètre fait l'objet d'une revalorisation plus modeste: 1,05 euro contre 1 euro jusqu'alors. Les tarifs d’UberPool, le service permettant de partager une course, restent eux inchangés.

Le prix de la course bientôt fixé à l'avance

Uber tient à relativiser l'importance de cette hausse auprès des clients: "L’impact sur votre portefeuille sera modéré" assure-t-elle dans le message adressé à ses clients. La plateforme assure que cette décision vise avant tout à clamer la grogne de ses chauffeurs, échaudés par une précédente baisse de prix qui avait fait chuter leur chiffre d’affaires. Avec cette évolution, leur rentabilité devrait augmenter de 5% à nombre de courses équivalent, indique Uber au site de La Tribune. La commission prélevée par l’entreprise, passera tout de même de 20% à 25%.

Bonne nouvelle, cependant, pour les utilisateurs parisiens de la plateforme, puisqu’Uber promet que le prix de la course pourra désormais être fixé à l’avance. "Cette option sera accessible progressivement à tous dans les prochains jours", indique ainsi la société.

La décision d'Uber intervient au moment où le Parlement s'apprête à adopter la loi Grandguillaume qui vise à "pacifier" les relations dans le transport public de la personne, notamment entre taxis et VTC, lutter contre l'emprise des plateformes sur les chauffeurs et durcir l'accès à cette dernière profession.

Y.D.