BFM Business

Toyota paie 1,4 milliard de dollars pour mettre fin aux plaintes américaines sur ses accélérateurs

BFM Business

Le constructeur nippon Toyota a préféré payer pour solder des poursuites aux Etats-Unis datant de 2009 et 2010. Ce jeudi 27 décembre, des documents de justice révèlent que le constructeur japonais est prêt à accepter de payer jusqu’à 1,4 milliard de dollars (soit un peu plus de 1 milliard d’euros) pour mettre fin à des litiges portant sur son système d’accélérateur. Celui-ci était accusé de s’enclencher sans crier garde.

Les plaintes déposées contre Toyota par les différents consommateurs américaines ayant été lésés par le rappel des voitures pourraient coûter quelque 10 millions de dollars en responsabilité civile au constructeur japonais.

Mais si la proposition de Toyota est acceptée, une grande partie des affaires en cours seront classées, selon une personne familière du dossier.

L'accord, qui doit encore être approuvé par un juge fédéral de l'Etat de Californie, comprend des compensations versées directement aux utilisateurs des véhicules ainsi que la mise en place d'un système permettant de corriger le défaut dans quelque 3,25 millions d'automobiles.

Toyota a déclaré que cette somme représenterait une charge exceptionnelle, avant impôts, de 1 milliard liée au coût de cet accord à l’amiable.

Entre fin 2009 et 2010 Toyota avait rappelé quelque 12 millions de véhicules dans le monde à la suite de problèmes d'accélération involontaire et soudaine, parfois provoqués par des tapis de sol se bloquant dans la pédale d'accélération.

Le système électronique des voitures avait parfois été accusé d'être à l'origine du problème, ce qu'a toujours nié Toyota.

BFMbusiness.com et AFP