BFM Business

Toyota garderait sa place de premier constructeur automobile

Toyota aurait vendu 10,20 millions de véhicules dans le monde.

Toyota aurait vendu 10,20 millions de véhicules dans le monde. - Kazuhiro Nogi - AFP

Le constructeur nippon aurait gardé sa place de premier constructeur automobile au monde, selon le quotidien japonais Nikkei ce mardi 13 janvier. Il aurait en effet vendu 10,2 millions de véhicules, devançant ainsi Volkswagen.

La fin de règne de Toyota n'est pas encore arrivée. Le groupe nippon aurait conservé sa place de premier constructeur automobile au monde, selon des informations rapportées ce mardi 13 janvier par le quotidien économique japonais Nikkei.

Toyota aurait ainsi rempli son objectif de ventes de 10,20 millions de véhicules dans le monde, soit une hausse de 2% par rapport aux chiffres de 2013, indique le journal japonais. Une performance pour le groupe automobile qui franchirait pour la première fois la barre des 10 millions de voitures vendues.

Une hausse de 4,2%

Contacté par l'AFP, Toyota, qui possède le titre de numéro un mondial de l'automobile depuis 2012, n'a pas confirmé l'information, renvoyant à la publication des chiffres officiels à la fin de mois du janvier. Volkswagen a déjà dévoilé les siens dimanche, à la veille de l'ouverture du salon américain de Detroit.

Il a annoncé avoir écoulé l'an passé 10,14 millions de véhicules (+4,2%) dans le monde, franchissant ainsi la barre des 10 millions qu'aucun constructeur n'avait jusqu'ici atteinte dans l'histoire de l'automobile. Le troisième grand constructeur, l'américain General Motors, n'a lui pas encore levé le voile sur ses chiffres.

Un titre abandonné en 2015?

Néanmoins, si Volkswagen s'est incliné devant Toyota en 2014, il pourrait rapidement le dépasser, estime le Nikkei. Le journal japonais souligne à ce titre que Toyota n'envisage pas de construire de nouvelle usine et ne pourra donc pas augmenter significativement sa production, attendue autour de 10,2 millions de véhicules en 2015.

Toyota avait conquis en 2008, au début de la crise financière internationale, la première place mondiale, monopolisée par l'américain General Motors durant plus de 70 ans, mais la lui avait rendue pour un an en 2011 à cause du séisme et du tsunami dans le nord-est du Japon. Cette catastrophe avait temporairement paralysé sa production. Le groupe avait cependant vite rebondi, fort de ses techniques industrielles qui en ont fait une institution au Japon, et retrouvé son rang en 2012.

J.M. avec AFP