BFM Business

TGV: la SNCF lance une opération petits prix pour le week-end

En juin, la SNCF va proposer sur ses TGV des allers et retours à moins de 30 euros.

En juin, la SNCF va proposer sur ses TGV des allers et retours à moins de 30 euros. - -

D’ici la fin du mois, la compagnie ferroviaire va commercialiser des billets à 20 euros pour un aller et retour effectué le samedi, entre Lille- Paris ou encore Paris-Boulogne. En juin, ces billets à prix cassé seront étendus à tous les trajets TGV de moins de deux heures.

La SNCF mise sur les petits prix pour remplir ses TGV. D’ici à la fin du mois de mai, la région Nord-Pas-de-Calais va être la première à bénéficier d’une nouvelle offre commerciale. Des allers et retours à 20 euros sur les Paris-Lille, Boulogne, Lens ou encore Arras vont être mis en vente, a annoncé, le 21 mai lors d’un point presse, Barbara Dalibard, la directrice générale de la branche voyages de la SNCF.

Un prix qui représente environ la moitié d’un trajet effectué avec les tarifs Prem’s et jusqu’à 4 fois moins cher qu’avec l’offre Tarif Loisir. Mais ces billets seront soumis à une contrainte : le trajet devra s’effectuer dans la journée du samedi.

A compter du 19 juin, l’offre sera étendue aux autres lignes TGV, pour des trajets de moins de deux heures, qui seront proposés à 30 euros. Et par la suite, la compagnie ferroviaire prévoit aussi de commercialiser cette offre les dimanches.

Ouigo est déjà un succès

Même si la SNCF a procédé en janvier à une augmentation globale de ses tarifs afin de soutenir ses investissements, elle poursuit en parallèle une offensive sur les offres à prix cassés. Elle a ainsi lancé le 1er avril Ouigo, une offre de TGV low cost sur l’axe Paris-Marseille et Paris-Montpellier, mais en partant de Marne-la-Vallée.

Plus de 370.000 billets, dont 60% à moins de 25 euros, ont trouvé preneur sur cette ligne. La compagnie nationale va aussi lancer une offre destinée aux groupes de plus de 10 personnes, qui pourront bénéficier d’un tarif à moins 75%.

Au total, la SNCF a vendu 2,4 millions de billets à tarifs réduits, soit 30% de plus qu’en 2009. Une stratégie qui semble porter ses fruits puisque l’entreprise publique a triplé son bénéfice net l'an dernier, à 383 millions d'euros.

Ce qui l’a amené à verser un dividende à l’Etat de 209 millions d’euros pour 2012, en hausse de 5% par rapport à l’année précédente. Une manne contestée par certains comme le président PS de la région Pays-de-la Loire, Jacques Auxiette. Dans Economie Matin du 21 mai, il estime que ces sommes serviraient mieux à combler le déficit de Réseau ferré de France (RFF) et à financer l'amélioration des transports régionaux.

Coralie Cathelinais