BFM Business

TER: les régions demandent des comptes à la SNCF

Si les régions financent l'achat des rames de TER ( ici à Bordeaux), c'est la SNCF qui lance l'appel d'offres auprès des constructeurs.

Si les régions financent l'achat des rames de TER ( ici à Bordeaux), c'est la SNCF qui lance l'appel d'offres auprès des constructeurs. - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

Dans un manifeste publié le 11 mars, l'Association des régions de France entend mettre fin à l'inflation du coût des trains régionaux. Les régions demandent donc à la SNCF une plus grande transparence financière. Elles souhaitent aussi pouvoir gérer elle-même l'achat des trains.

Les régions n'en peuvent plus de financer les 12.000 trains régionaux (TER) qui circulent quotidiennement. La facture présentée par la SNCF a augmenté de 90% entre 2002 et 2012, soit quatre fois plus que la progression de l'offre.

Dans un manifeste "pour le renouveau du système ferroviaire " publié le 11 mars, l'Association des Régions de France (ARF) réclame à la société ferroviaire plus de transparence sur ses coûts. "Il est nécessaire que la SNCF fasse la preuve de son talent industriel dès aujourd'hui pour arrêter la dérive des coûts" indique le manifeste.

Une revendication qui s'ajoute à la fronde que mènent certaines régions qui ont décidé ces dernières semaines de geler les paiements des subventions à la SNCF.

8,8 milliards investis pour acheter de nouvelles rames

Les sources d'économies préconisées par les régions visent notamment le volet salarial avec "une meilleure organisation du travail et des roulements, une industrialisation des processus de maintenances et le développement d'une polyvalence du personnel". Et histoire d'apaiser les éventuelles tensions sociales soulevées par ces préconisations, le manifeste précise que "le statut des cheminots et des conditions sociales actuelles" seront maintenus.

Mais les conseils régionaux entendent aussi se voir conforter dans leur rôle d'autorité organisatrice du système ferroviaire afin de faciliter les déplacements en offrant une cohérence entre TER, Intercités et TGV. Cela devrait aussi se traduire par un rôle accru dans la gouvernance des gares, et une plus grande maîtrise des recettes du TER.

Mais les régions veulent aussi la possibilité d'acheter elles-mêmes les trains. Car si elles ont déboursé 8,8 milliards d'euros depuis 2002 pour mettre sur les rails 1.800 nouvelles rames à leurs couleurs, elle se contentent d'élaborer le cahier des charges. Au final, c'est la SNCF qui conclue les marchés auprès des constructeurs.

Les régions entendent donc retrouver une place à la hauteur de leur investissement, en ayant la pleine maitrise du choix du matériel roulant et en en devenant immédiatement propriétaire.

Coralie Cathelinais