BFM Business

Takata broyé en Bourse après de nouveaux rappels massifs

Takata est abonné aux rappels dus aux airbags défectueux

Takata est abonné aux rappels dus aux airbags défectueux - Yoshikazu Tsuno - AFP

"L'équipementier japonais souffrait à la Bourse de Tokyo ce vendredi. En cause: des énièmes rappels de voitures et l'annonce de décès en Malaisie dus à des airbags défectueux."

L'action de l'équipementier japonais Takata abandonnait encore 12% vendredi à la Bourse de Tokyo, après l'annonce de 35 à 40 millions de rappels supplémentaires d'airbags aux États-Unis et de deux nouveaux décès en Malaisie.

À mi-séance, le titre chutait de 48 yens, à 325 yens (-12,86%). Il avait déjà dévissé de 9% lundi, alors que des informations de presse affirmaient que les autorités américaines avaient décidé d'élargir les rappels de voitures. Les rumeurs ont été confirmées mercredi par l'agence de sécurité routière américaine (NHTSA), ce qui porte désormais à quelque 100 millions le nombre d'airbags Takata affectés dans le monde, menaçant la survie de l'entreprise.

Ce scandale, qui n'a cessé de prendre de l'ampleur au cours des deux dernières années, a fait plonger sur la période l'action Takata de plus de 85%.

Par ailleurs, le constructeur d'automobiles japonais Honda a fait état jeudi de deux décès en Malaisie après l'explosion d'airbags défectueux. Le bilan total est désormais de 13 morts au niveau mondial, dont dix aux États-Unis.

Des coussins dangereux

Au cours des récentes années, certains coussins de sécurité du fabricant nippon se sont révélés être de potentielles sources de danger en éclatant après une collision parfois mineure, projetant des fragments sur le conducteur ou le passager.

Takata et les constructeurs, pas plus que les autorités, n'ont élucidé la cause première des dysfonctionnements de ces gonfleurs, mais une combinaison de trois facteurs a été identifiée comme probablement responsable: un agent chimique incapable d'absorber l'humidité (un certain nitrate d'ammonium), des conditions climatiques extrêmes et une conception inadéquate.

Le 30 mars, le titre avait plongé de près de 20%, après des informations de l'agence Bloomberg News indiquant que l'équipementier estimait à 2.700 milliards de yens (21 milliards d'euros) le coût des rappels dans le pire scénario.

Les investisseurs attendent désormais la publication des résultats annuels de Takata, prévue mercredi prochain, pour en savoir plus sur la santé financière de cette société de plus de 80 ans.

J.M. avec AFP