BFM Business

Stéphane Israël: "Le métier d'Arianespace change"

Stéphane Israël explique que désormais l'industrie doit être plus compétitive

Stéphane Israël explique que désormais l'industrie doit être plus compétitive - BFM Business

Le PDG de l'entreprise aérospatiale a expliqué à BFM Business que la concurrence accrue sur les lanceurs l'obligeait désormais à faire "de la technologie au moindre coût".

Arianespace continue de faire face à la concurrence de Space X, qui multiplie les prouesses technologiques. Mais pour son PDG Stéphane Israël, "la concurrence ce n'est pas qu'un seul acteur".

Au micro de BFM Business, il cite notamment Jeff Bezos et sa société BlueOrigin mais aussi d'autres acteurs dans les pays émergents. "Les Chinois vendent de plus en plus de lanceurs et des satellites, ce que l'on appelle des solutions clé en main. Nos amis indiens, des clients fidèles d'Arianespace, ont des lanceurs dont les capacités sont de plus en plus importantes et un jour ils n'auront plus besoin d'Arianespace. C'est le monde dans lequel nous entrons, un monde avec beaucoup d'acteurs et de lanceurs", a-t-il affirmé.

"Il serait paradoxal qu'au moment où le monde entier se dote de lanceurs que l'Europe baisse la garde", a-t-il prévenu. 

Face à cette nouvelle concurrence, Arianespace doit être plus compétitif. "Notre métier change car avant nous étions dans un métier de technologie et maintenant c'est un métier de technologie au meilleur coût. C'est le pari d'Ariane 6. Ariane 6 est un redesign d'Ariane 5. Vous prenez Ariane 5 et vous essayer dans 3-4 ans de faire la même chose deux fois moins cher. Cela veut dire que vous vous fondez sur un héritage mais vous allez aussi chercher des économies partout où c'est possible et avoir deux-trois innovations malgré tout au passage", a développé Stéphane Israël.

J.M.