BFM Business

SNCF, Air France: une majorité de Français juge "injustifiées" les grèves à venir

Les syndicats d'Air France ont appelé à la grève le 23 mars.

Les syndicats d'Air France ont appelé à la grève le 23 mars. - Dominique Faget - AFP

Près des deux tiers des Français ne comprennent pas les revendications des cheminots et des personnels de la compagnie aérienne, selon un sondage pour BFM Business, Challenges et Odoxa.

Après une embellie de quelques mois, le moral des Français vacille. C’est l’un des principaux enseignements du baromètre Odoxa pour BFM Business, Challenges et Aviva publié ce jeudi.

En cause: les effets des réformes engagées qui se font attendre, tout comme la concrétisation des bonnes nouvelles économiques (croissance meilleure que prévu, baisse du taux de chômage, etc.). Au mois de mars, seuls 40% des Français se sont ainsi dits confiants en l’avenir, soit une baisse de 4 points par rapport au mois précédent.

Une inquiétude palpable - en témoignent les derniers chiffres de l’Insee - que l’institut de sondage attribue aux blocages à venir, notamment du côté d’Air France et de la SNCF. Dans les deux cas, l’opinion publique reste majoritairement défavorable aux mobilisations futures.

49% des Français anticipent un blocage complet

Près des deux tiers des sondés jugent en effet "injustifiée" la probable grève à la SNCF, quand 64% estiment "illégitimes" les revendications des syndicats d’Air France. Ces derniers réclament notamment une augmentation de salaire de l’ordre de 6%, ce que refuse catégoriquement la direction. Une journée de grève est prévue le 23 mars.

En revanche, les Français semblent de moins en moins craindre - ou espérer, c’est selon - un blocage complet du pays. Ils sont désormais 49% à croire à une convergence des luttes, contre 64% il y a deux semaines. Le spectre des grandes grèves de 1995 semble donc encore bien loin.

Echantillon de 986 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, parmi lesquelles : 207 sympathisants de gauche, 139 sympathisants de LaREM, 109 sympathisants de droite hors FN et 171 du FN. La représentativité de l’échantillon est assurée par la méthode des quotas.

Y.D.