BFM Business

Smoovengo aurait proposé aux salariés de Vélib' de les reprendre

Les salariés de Cyclocity lors d'une manifestation en avril

Les salariés de Cyclocity lors d'une manifestation en avril - Philippe Lopez - AFP

Le nouvel opérateur du vélo libre-service, Smoovengo, propose aux salariés de Cyclocity qui le souhaitent de rejoindre ses rangs avant Noël, rapporte le Figaro.

L'horizon semble s'éclaircir quelque peu pour les salariés de Vélib'. Les représentants des anciens salariés de Cyclocity, la filiale de JCDecaux qui était en charge du Vélib', ont signé un accord avec le nouvel opérateur du vélo libre-service parisien, Smoovengo, rapporte le Figaro.

Concrètement, si leur contrat de travail n'est pas repris, ils se voient proposer d'occuper, d'ici à Noël, un poste équivalent chez Smoovengo, sans période d'essai, avec le même salaire et la prime d'ancienneté dont ils bénéficiaient jusqu'à présent.

Package financier

Par ailleurs, pour compenser la perte de certains avantages sociaux que leurs offrait JCDecaux, ils bénéficieront d'un "package financier", explique le Figaro.

D'un côté JCDecaux va leur verser des indemnités de licenciement, payer leur période de préavis sans les obliger à l'effectuer, et leur octroyer une prime supra légale de 2000 euros. "Et suivant leur ancienneté, ils auront droit à une transaction allant de 1000 euros à 4000 euros", ajoute le Figaro, précisant qu'en se basant sur l'ancienneté moyenne, chaque ex-salarié devrait toucher 15.000 euros environ.

De l'autre Smoovengo versera une prime de bienvenue de 1000 euros ainsi qu'une autre de 2000 "à condition de s'engager à ne pas demander la reprise de leur contrat de travail devant la justice". Enfin, les salariés qui travailleront de nuit auront droit à une prime de 5000 euros.

J.M.