BFM Business

Scandale Volkswagen: l’étude qui inquiète les autres constructeurs

La BMW Serie 5 est notamment dans le viseur de l'association Transport et environnement.

La BMW Serie 5 est notamment dans le viseur de l'association Transport et environnement. - Flickr - CC

Selon l’association Transport et Environnement, l’écart entre les tests antipollution et la réalité ne cesse de se creuser. Et ce pour l’ensemble des constructeurs automobiles.

En plein scandale Volkswagen, une étude pourrait mettre à mal l'ensemble des constructeurs automobiles. Entre les émissions déclarées par les constructeurs et la réalité, il y aurait en effet un net décalage. Et d'après une étude de l'association Transport et Environnement, celui-ci ne cesse de grandir. Cet écart n'était que de 8% en 2001. Il est aujourd'hui de 40%, quel que soit le type de voiture, qu'il s'agisse de diesel ou d'essence.

Comment est-ce possible? Les constructeurs ont en fait appris à optimiser les résultats obtenus en laboratoire: on peut surgonfler les pneus, utiliser un certain type de lubrifiant, ou calfeutrer les portes par exemple.

Un modèle Peugeot pointé du doigt

Optimisation ou fraude? Selon l'association, le gouffre est devenu tel qu'il est impossible de l'expliquer par "les manipulations connues des tests".

Transport et environnement pointe notamment du doigt la Mercedes classe A, la BMW Serie 5, ou la Peugeot 308. PSA, de son côté, affirme n'avoir jamais utilisé de logiciel trompeur. De manière générale, l'association juge que les deux tiers des progrès réalisés en matière de CO2 ou de consommation de carburant depuis 2008 relèvent de la manipulation de tests, et que les diesels lancés depuis 3 ans n'ont en réalité apporté aucun progrès.

Dorothée Balsan