BFM Business

Ryanair: quand économies riment avec danger

Ryanair ferait pression sur ses pilotes pour qu'ils embarquent le moins de kérosène possible.

Ryanair ferait pression sur ses pilotes pour qu'ils embarquent le moins de kérosène possible. - -

Un rapport réalisé par les autorités espagnoles, que s'est procuré le quotidien suisse La Tribune de Genève lundi 12 août, pointe l'avarice de Ryanair qui fait peser de sérieux risques pour la sécurité.

La course aux économies représente une menace pour les passagers de Ryanair. C'est la conclusion d'un rapport de la commission d'aviation civile espagnole, dévoilé par La Tribune de Genève lundi 12 août.

Selon le document, la compagnie aérienne irlandaise à bas coûts économise dans tous les domaines, y compris le carburant.

Le 14 mai 2010, les pilotes du vol Londres-Alicante en ont fait l'effrayante expérience. Ayant pris du retard à cause de vents contraires, le capitaine de 27 ans et son co-pilote de 22 ans n'étaient même pas sûr que l'appareil contienne encore suffisamment de kérosène pour atterrir.

La direction de Ryanair dément toute pression

A tel point qu’ils se sont résolus à envoyer un SOS à leurs collègues au sol. Finalement, ils ont pu atterir à Valence, avec encore assez de carburant dans les réservoirs pour tenir 30 minutes en vol.

De son côté, la direction de Ryanair estime ne pas avoir fait d'erreurs, et indique qu'il n'y a pas d'exigence quant à la quantité de carburant minimale dont il faut disposer à l'atterrissage.

Selon le rapport, la compagnie irlandaise à bas coût exhorterait ses pilotes à ne prendre que le carburant nécessaire. Une information que réfute vivement son flamboyant patron, Michael O’Leary.

Hasard du calendrier, ce rapport des autorités espagnoles est rendu public en même temps que les résultats d'autres enquêtes sur trois autres appareils contraints à se poser d'urgence l'année dernière.

Mathieu Nardone